"Au secours j'ai raté mon entretien d'embauche " : comment réagir ?

Par Valentine le 23 février 2021

Recrutement Entretien d'embauche Candidatures Recherche d'emploi
Partager cet article

Vous aviez décroché un entretien pour le job de vos rêves. Le jour J vous êtes arrivé.e sur-préparé.e avec une motivation d’acier ! Et pourtant… Vous êtes persuadé.e de l’avoir raté. De peur que les recruteurs ne vous rappellent pas, vous commencez à stresser et êtes paralysé.e. Pourtant, rien ne sert de paniquer pour le moment, et tentons d’analyser les causes de votre potentiel échec. Pouvez-vous encore rectifier le tir ? Comment réagir suite à un éventuel refus ? On fait le point.

 

Prenez le temps de souffler et d’identifier votre ressenti

Prendre du recul sur la situation

Malgré votre préparation et votre motivation, les choses ne se sont pas déroulées comme prévu le jour de votre entretien d’embauche. Et oui, il se peut parfois que le recruteur semble distant, voire dubitatif, lors de votre entrevue. Il est aussi possible que vous n’ayez pas l’impression d’avoir répondu correctement aux questions ou que vous ayez eu du mal à mettre en avant vos qualités. Mais cet éventuel échec sera toujours une expérience enrichissante. Vous pourriez même encore changer la donne auprès de l’entreprise à laquelle vous avez postulé. Alors, on respire et on fait le point sur cet épisode encore tout frai ! 

Après un entretien moyen, le doute vous empare et il est facile de tomber dans la surinterprétation, voire la panique. Pourtant, même s’il s’agit d’un poste important à vos yeux, rien ne sert de vous accabler. Peu importe la situation ou le domaine, une réaction à chaud serait néfaste non seulement pour vous, mais aussi pour la suite du processus de recrutement. 

On vous conseille donc de prendre le temps de mûrir les évènements, de vous relaxer pour voir les choses d’un autre œil, ce qui vous permettra de mieux les analyser par la suite ;)

 

Mettre vos impressions à l'écrit

Qu’un feedback vous soit demandé par le recruteur ou pas, il peut être bénéfique ne serait-ce que pour vous-même. Évidemment, vous n’avez pas la tête à ça et il peut s’avérer compliqué de poser à l’écrit des ressentis parfois purement émotionnels. Mais cet exercice vous permet d’avoir une vision plus objective et concrète des évènements. Grâce à cela, vous identifierez plus aisément ce qui a pu vous faire défaut. 

Pour cela, munissez-vous d’une feuille de papier et d’un crayon, et tentez d’y poser vos ressentis sur le déroulement de l’entretien : l’atmosphère, l’attitude du recruteur, votre comportement, etc. 

Une fois que vous aurez fait cet exercice, vous y verrez déjà plus clair sur les potentielles erreurs que vous avez pu commettre lors de l’entretien. Avez-vous mal répondu à une question ? Vous étiez-vous mal préparé à certains sujets ? Avez-vous du mal à gérer votre langage corporel ou à mettre en valeur vos expériences ? Selon les points de blocages, vous pourrez adapter au mieux votre réaction. 

 

Pensez à analyser votre entretien

Une fois vos ressentis sur le déroulement de l’entretien posés sur papier et les éventuels points de blocage identifiés, la prochaine étape de votre analyse visera à comprendre pourquoi vous avez fait telle ou telle erreur. Par exemple, vous avez du mal à contrôler vos mouvements et vous bougiez constamment vos mains ou mâchouillez votre stylo. Le recteur a pu donc interpréter votre langage corporel faisant de vous une personne angoissée ou hyperactive. Il est aussi possible qu’une de vos réponses ait été mal interprétée, si vous avez médit sur vos anciens employeurs ou collègues, par exemple, lorsqu’on vous a demandé pourquoi vous aviez quitté votre emploi précédent. 

Quoi qu’il en soit, peu importe l’erreur que vous ayez commise, il n’y a pas mort d’homme. Cet exercice d’analyse vous permettra justement de mettre le doigt sur d’éventuels défauts pour travailler dessus et éviter de reproduire les mêmes erreurs la prochaine fois ;) 

 

N’oubliez pas le positif !

Certes, vous avez râlé votre entretien, ou du moins vous n’avez pas su donner le meilleur de vous-même sur l’instant. Mais il est peu probable que toute l’entrevue ait été un désastre. Tout d’abord, n’oubliez pas que vous avez su passer avec brio les premières étapes du processus de recrutement dès lors que vous avez été capable d’aller jusqu’à l’entretien ! De plus, le jour J, on ne doute pas TOUT fait à l’envers, et il y a fort à parier que vous avez répondu correctement ou avec assurance à certaines questions. Il peut également s’agir de votre tenue ou de votre présentation. Autant de petits points positifs qui ont pu séduire les recruteurs : la présentation de vos expériences ou de votre projet professionnel, les questions que vous avez posées à la fin de l’entretien, etc. 

De la même manière que vous avez pris le temps d’écrire vos ressentis pour analyser les éventuels points de blocage, vous pouvez aussi poser sur papier vos ressentis positifs et vos atouts les plus palpables. Cela vous redonnera non seulement confiance en vous, après un échec qui a pu vous ébranler, mais vous retiendrez tout ce que vous avez « réussir » pour réitérer au prochain entretien :) 

 

Soyez honnête en restant courtois pendant l’entretien

Vous avez peut-être mis le doigt sur des manières de faire des recruteurs qui ne vous ont pas plu. Dans ce cas, vous pouvez également l’exprimer, en faisant attention à mesurer vos propos et à rester dans une critique constructive. 

Par exemple, vous pouvez regretter le manque de temps que les recruteurs vous ont consacré lors de l’entretien, limitant vos opportunités de parler de vos précédentes expériences. Si vous vous en rendez compte sur le moment, n’hésitez pas à le dire poliment. Il pourrait s’agir d’une attitude inconsciente de leur part, dans ce cas, ils vous donneront plus de temps. Au contraire, si c’était leur intention, ils pourront vous donner les raisons de la rapidité avec laquelle ils sont passés sur vos réponses. 

Votre capacité à exprimer votre ressenti de façon professionnelle sera appréciée par les recruteurs qui verront ainsi votre esprit d’initiative et votre motivation. 

 

Restez en contact avec les recruteurs

Maintenir de bonnes relations

Bien que vous soyez déçu.e de voir le poste de vos rêves vous passer sous les yeux, pensez à remercier les recruteurs pour le temps qu'ils vous ont accordé. Selon la façon dont vous communiquez habituellement avec eux, un petit mot bienveillant de votre part par e-mail, téléphone ou courrier sera le bienvenu ! 

Ce geste témoignera de votre reconnaissance, mais aussi de votre maturité en montrant votre volonté de rester en bons termes avec l’entreprise.

Ce mot de remerciement sera également l’occasion de leur dire que vous avez apprécié apprendre à connaître l’entreprise, et que vous serez enthousiaste à l’idée d’un futur recrutement s’ils conservaient votre CV.

 

Revenir sur les points de blocage

Attention cependant à trouver le juste équilibre. L’objectif étant aussi de montrer que vous avez conscience des potentiels points de blocages qui sont ressortis au moment de l’entretien. C’est le moment donc d’exprimer de façon réfléchie et professionnel votre ressenti général sur l’entretien. Vous pouvez aussi tout à fait revenir sur des sujets que vous jugez avoir bâclé ou des questions auxquelles vous souhaiteriez mieux répondre. Attention cependant à montrer de l’assurance sans vous confondre en excuses !

Par exemple, si vous avez l’impression que vos « erreurs » proviennent de votre stress, n’hésitez pas à le dire aux recruteurs. Ils pourraient être touchés par votre honnêteté !

Si malgré tout vous avez un retour négatif des recruteurs qui ont choisi un.e autre candidat.e, ne baissez pas les bras. Finissez votre échange en souhaitant bonne chance à l’entreprise dans son processus de recrutement. Il pourrait penser à vous très prochainement. En effet, près d’un tiers des CDI serait rompu au cours de la première année ;) Il pourrait aussi s’agir d’une ouverture de poste dans un futur proche ou même un désistement du candidat choisi. 

 

Demander un retour sur l’entretien

En effet, il n’est pas mal vu de demander aux recruteurs un retour sur votre candidature.

À partir de sa réponse, vous aurez une meilleure compréhension de vos éventuelles erreurs. Cet échange sera également l’occasion de recueillir quelques conseils pour vous améliorer :) 

Le but n’étant pas de culpabiliser en vous disant “j’aurais dû… ” mais au contraire, de voir cette expérience comme un moment constructif. Il ne s’agit pas d’un échec, mais seulement d’un moment pour réfléchir à votre façon de faire. 

De plus, aborder ainsi le sujet du refus en posant les bonnes questions vous présentera comme un collaborateur potentiel et capable d’esprit d’équipe auprès de l’entreprise à laquelle vous avez postulé. Encore une fois, le processus de recherche d’emploi se joue au-delà de la candidature et vous laisserez un souvenir positif aux recruteurs.

 

Préparez vos prochaines candidatures

La recherche d’emploi peut s’avérer un long parcours semé d’embûches. Votre profil et votre manière de faire peuvent s’améliorer sur la durée. Si vous avez raté cette fois-ci, rien ne sert de baisser les bras.

 

Alimentez votre carnet d’adresses

Au fur et à mesure que vous postulez à des offres et/ou passez des entretiens, malgré d’éventuels refus, voyez ça comme une opportunité pour rencontrer de nouvelles personnes, dans un domaine qui vous intéresse. À l’issue de vos échanges avec un recruteur, vous pouvez par exemple lui envoyer une invitation sur LinkedIn, d’autant plus si ces derniers ont été cordiaux et de qualité. 

De plus, au cours du processus de recrutement, il se peut que votre interlocuteur ait laissé sous-entendre que d’autres opportunités pourraient se présenter. Il pourrait s’agir d’une ouverture de poste à venir, de missions ponctuelles, voire d’autres types de postes qui pourraient convenir à votre profil. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un levier que vous pourrez faire jouer à l’avenir. 

Ainsi, vous pourrez lui envoyer un e-mail quelque temps après pour lui demander ce qu’il en est et pourquoi pas proposer une entrevue :) 

 

Booster vos qualités

Pour améliorer ou augmenter vos compétences humaines et professionnelles, et surmonter un éventuel manque d’assurance, il existe des formations appropriées. Certaines d’entre elles sont éligibles au CPF, et donc finançables jusqu'à 100% par l'État. Vous pourrez ainsi prendre la parole en face-à-face et en public plus efficacement par exemple, afin de maximiser vos chances de réussir vos prochains entretiens. N’hésitez pas à vous renseigner auprès d'un organisme de formation dédié aux professionnels

Partager cet article
Cpf final 4
Publicité
Map jobibou

Plus de 20 300 offres d'emploi !