Comment négocier son salaire en entretien d’embauche ?

Par Valentine le 13 octobre 2021

Savoir-être Recrutement Entretien d'embauche Bonnes pratiques
Partager cet article

On ne va pas se mentir, la question du salaire est partie prenante de la recherche d’emploi. Pourtant, parler d’argent en France n’est pas toujours bien perçu et il n’est pas rare de ressentir une certaine gêne au moment d’aborder la question du salaire en entretien d’embauche. D’ailleurs nombreux sont ceux qui n’osent pas négocier leur salaire, quand bien même parait-il insuffisant aux yeux du candidat. Alors pourquoi ces passages obligatoires, et après tout normaux dans une vie professionnelle, sont-ils si compliqués pour la plupart d’entre nous ? Comment s’y prendre pour se sentir à l’aise de réclamer ce qui nous semble être juste ? Comment négocier sans agacer ? Explications et conseils. 

 

Le salaire, une question délicate à aborder 

Le tabou de l’argent en France

Vous l’aurez remarqué, le sujet de l’argent est souvent délicat à aborder, que ce soit en famille ou entre amis, alors on imagine bien à quel point il peut-être perçu comme délicat auprès de potentiels employeurs ! Mais d'où vient ce blocage alors que les anglo-saxons sont par exemple beaucoup plus à l'aise avec la question ? 

Les raisons de ce tabou seraient nombreuses, et sont en partie exposées par le psychothérapeute Jean Beaujouan, qui étudie “L’argent comme objet social” depuis 1978. En effet, selon lui, l’argent est difficilement abordé dans les conversations tel “un objet indécent ou dangereux, ou même interdit”. Selon lui, “cette relation avec l’argent est influencée par notre histoire personnelle, par nos croyances, par nos valeurs, mais aussi par nos désirs et par notre imaginaire. L’argent nous concerne au plus intime de nous-même, c’est une sorte d’explosif émotionnel”. 

Cette théorie est forte de sens et fortement liée à l’émotivité de l'individu, si bien qu’à son histoire personnelle. On comprend alors mieux pourquoi les actifs français sont réticents à l’idée d’aborder cette question dans le cadre professionnel, et d’autant plus avec les recruteurs dès le moment de l’embauche, tant elle est intime. À ce propos, Jean Beaujouan a fait une constatation intéressante :

“ Les difficultés des personnes à l’égard de l’argent sont multiples. Certains souhaitent gagner plus d’argent, pouvoir demander un salaire ou fixer et recevoir des honoraires, mais s’en sentent peu capables, notamment parce qu'ils se disent très incertains de leur propre valeur”. 

Pour pallier cette gêne, vous comprendrez donc l'importance de s’autoévaluer et de prendre conscience de sa valeur dans le monde professionnel. Mais comment procéder pour reprendre confiance en soi sur ce point ?  

 

L’importance de ne pas se sous-estimer 

Avant même de penser à votre valeur personnelle en fonction de votre profil, gardez à l’esprit que votre salaire constitue la juste rémunération de votre travail. “Tout travail mérite salaire”, et en offrant vos services à une entreprise, en donnant de votre temps pour servir ses intérêts, il est bien sûr légitime d’attendre un salaire correspondant à l'effort fourni

Maintenant que vous vous rappelez de la raison-même de votre recherche d’emploi, reprenez confiance en vous ! Pourquoi passez-vous cet entretien ? C’est que les recruteurs vous ont rappelé et que votre profil correspond à ce que recherche l’entreprise ! De-même, pensez-vous en être là où vous en êtes aujourd’hui sans votre parcours scolaire et vos expériences professionnelles ? Tout ce temps passer à devenir une meilleure version de vous-même justifie le salaire que vous allez toucher, alors pas de panique ! Prenez conscience de votre valeur, préparez votre entretien et gardez confiance en vous pour l’ultime étape de la négociation ;) 

 

Nos conseils pour négocier votre salaire lors de votre entretien d'embauche

Estimez le salaire approprié 

Pour vous assurer de ne pas être complètement à côté de la plaque au moment de la négociation, nous vous conseillons d’évaluer le salaire auquel vous pouvez prétendre avant même de vous rendre à l’entretien d’embauche.

Pour cela, rien de mieux que d’analyser en profondeur la fiche de poste : quelles sont les attentes de votre employeur ? De quelle nature seront vos missions ? Quel niveau d’expérience est requis ? Quels horaires et/ou déplacements seront en vigueur ? Autant de questions auxquelles répondre pour estimer avec le plus de précisions possible le salaire que vous pouvez légitimement espérer à ce poste. 

Une fois les réponses à ces questions déterminées, renseignez-vous autour de vous : amis, famille, anciens collègues… Peut-être pourront-ils vous donner une fourchette de rémunération ? Si ce n’est pas le cas, vous pouvez également trouver des estimations de salaire dans telle ou telle branche assez facilement sur internet. Vous les trouverez notamment sur le site de l'Apec

De plus, nous vous conseillons de ne pas sous-estimer vos besoins financiers et en conséquence votre salaire. En effet, des revenus insuffisants pourraient vous conduire à un manque de motivation au travail, et même à une démission. Ne perdez pas votre temps et n’hésitez pas à demander le salaire que vous pensez mériter

 

Préparez vos arguments pour négocier votre salaire

Une fois que vous êtes au clair sur vos attentes en matière de salaire, toujours avant l’entretien, tentez de préparer les arguments que vous pouvez avancer devant les recruteurs. Pour cela, rien de mieux que de se munir d’un papier et d’un crayon et de faire une liste des arguments en votre faveur : 

  • Le salaire que vous perceviez à un poste égal dans vos précédentes expériences 
  • Vos années d’expérience dans le domaine 
  • Votre niveau d’étude
  • La fourchette de salaire communément en vigueur pour un même type de poste 

 

Négociez votre salaire avec l’employeur en entretien

Maintenant que vous connaissez le montant du salaire que vous pouvez espérer et que vous avez préparé des arguments solides à faire valoir devant les recruteurs, c’est le moment d’aborder la phase la plus redoutée : la négociation.

En règle générale, c’est toujours le futur employeur qui devrait aborder la question des revenus. Mais s’il ne le fait pas, vous ne devez pas hésiter à lancer le sujet. Après tout, vous êtes là aussi pour gagner votre vie, et il n’y a aucun mal à cela, bien au contraire ! Afin de négocier correctement, vous aurez tout intérêt à :

  • Avoir confiance en vous et en votre valeur, comme vu plus haut.
  • Mettre en avant votre valeur ajoutée 
  • Ne pas parler de votre dernier salaire (uniquement si vous étiez payé moins)
  • Ramener vos prétentions à un salaire mensuel si l’offre de salaire annuelle est en dessous de vos prétentions
  • Négocier en vous engageant sur des objectifs chiffrés et réalistes
  • Accepter un salaire plus bas à condition qu’il soit revalorisé sur atteinte d’objectifs (valable surtout pour les jobs commerciaux)

 

Évaluez les différentes propositions

Attention, au moment de l’annonce du salaire proposé par l’employeur, ne partez pas tout de suite dans la négociation active. Prenez d’abord bien le temps d’évaluer l’offre dans sa globalité, c'est-à-dire avec les différents avantages qu’elle peut comporter, avant de la juger trop basse. En effet, certains éléments ne sont pas forcément compris dans le montant annoncé, comme : 

  • Les primes 
  • La mutuelle 
  • Les transports (véhicule de fonction, transports en commun) 
  • Le 13ᵉ mois
  • Les titres restaurant
  • Les éventuelles augmentations en fonction des objectifs

 

Comment négocier son salaire en entretien d’embauche ?

Source : editions-tissot.fr (étude de 2018 “Les Français et l’argent au travail”)

 

Si les recruteurs ne vous les détaillent pas au moment de la proposition de salaire, n’hésitez pas à les questionner à ce propos ! En effet, une fois cumulés, ces avantages en “nature” représentent un véritable revenu ;)

 

Essayez la méthode Ackerman

Quand vous devez négocier de l'argent, le système ou plan Ackerman est particulièrement intéressant. Il est généralement utilisé pour négocier le prix d'un produit ou d'un service, mais peut être appliqué pour la négociation de salaire.

Disons que vous souhaitiez acheter un vélo d'occasion vendu 140 €. Or, vous ne comptez pas mettre plus de 100 € dedans. Il vous suffit d'appliquer la règle Ackerman du 65% / 85 % / 95 % / 100 %. Vous proposez d'abord 65% de 100 €, votre prix maximum, ce qui vous donne 65 €. Face à ce prix "choc", le vendeur devrait normalement refuser. Proposez-lui alors 85% de votre prix, soit 85 €. Évidemment, il ne sera toujours pas convaincu, alors montez à 95% de votre prix, soit 95 €, jusqu'à lui proposer 100 % de votre prix maximum, 100 €. À ce stade, le vendeur se dit généralement qu'il fait une bonne affaire !

Dans le cadre d’une négociation de salaire, vous pouvez appliquer cette méthode comme suit : si votre objectif est de 50 000€, commencez par annoncer 76 500 (135%), puis 57 500 (115%), puis 52 500 et votre dernière offre à 50 417 (100%). Les écarts de prix sont de plus en plus réduits, pour donner à votre interlocuteur l'impression que vous êtes dans vos derniers retranchements, et que vous ne pouvez pas aller plus loin.

 

Comment négocier son salaire en entretien d’embauche ?

Source : https://www.michaeldardol.com/negociation-salaire-prix-methode-ackerman/

 

Évitez le conflit et gardez votre calme 

Comme nous l’avons vu plus haut, négocier son salaire peut être intimidant. Or, réussir à garder son calme est une des clés pour mener à bien une négociation de salaire dès l’embauche.

En étant nerveux ou en paraissant anxieux, le recruteur pourrait vous regarder avec méfiance et ne pas prendre en considération vos arguments. Ayez donc l'air tranquille, prenez une voix apaisée et instaurez un climat de confiance, propice à la négociation.

Pendant l'entretien, soyez également attentif à votre langage corporel. Votre communication non verbale participe beaucoup à l'image que vous renvoyez et au message que vous transmettez !

 

Trouvez un terrain d’entente 

Pour trouver un terrain d’entente et statuer sur un salaire cohérent tout autant pour l’entreprise que pour le salarié, il est essentiel de ne JAMAIS entrer dans le conflit.

De même, quelle que soit l’issue de la conversation, et même si vous n’avez pas obtenu gain de cause, restez positif ! Vous énerver ne servira à rien, et ne vous permettra pas de revenir gentiment à la charge dans quelques mois si toutefois vous acceptez le poste… Si vraiment, l’injustice vous semble trop grande, ou l’écart salarial trop important alors vous êtes tout-à-fait dans votre bon droit de décliner l’offre et de continuer votre recherche d’emploi jusqu’à trouver chaussure à votre pied ;) 

Vous êtes prêts à prendre le taureau par les cornes et à négocier votre salaire comme un pro ? N'oubliez pas, vous seul êtes en mesure de prendre conscience de votre valeur et de convaincre les recruteurs ou votre futur employeur. Restez positif, gardez le sourire, et lancez-vous ! Bonne chance :)

Partager cet article
Cpf final 2
Publicité
Map jobibou

Plus de 14 500 offres d'emploi !