Partager cet article

lien pour l'image de couverture : https://unsplash.com/photos/hpjSkU2UYSU

Spécialiste du web marketing, le traffic manager pilote les stratégies d’acquisition du trafic pour un ou plusieurs sites internet. Il fait partie des métiers du digital en plein essor en France : la demande est très forte, aussi bien en agence que chez l’annonceur. Missions, compétences, formations, salaire : découvrez l’essentiel à savoir sur cet emploi d’avenir dans notre fiche métier du traffic manager !

Quel est le rôle du traffic manager ?

La principale fonction du traffic manager est d’optimiser le trafic du site de son entreprise ou des diverses plateformes web de ses clients, tant en termes de qualité que de quantité.

Généralement, l’objectif final est d’augmenter les ventes mais l’optimisation du trafic peut aussi avoir d’autres utilités comme accroître la notoriété de l’entreprise et sa visibilité sur la Toile par exemple ou encore récolter plus de données utiles sur les prospects.

Afin de générer un maximum de visites qualifiées, ce professionnel du marketing digital peut activer de nombreux leviers d’acquisition de trafic comme le déploiement de campagnes publicitaires sur la Toile ou même la mise en place de partenariats, éventuellement avec des influenceurs.

Conseil : quand vous recherchez une offre d’emploi de traffic manager en Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie ou autre région de l’Hexagone, prenez en compte que ce métier peut être épelé « à la française » (trafic manager) ou être désigné par un autre nom comme :

  • responsable du trafic ;

  • responsable gestion du trafic ;

  • gestionnaire de trafic web ;

  • spécialiste web analytics et acquisition de trafic ;

  • responsable de flux ;

  • responsable partenariats et management de trafic web.

En d'autres termes : pensez à varier les mots-clés lors de vos recherches pour trouver plus facilement les annonces d’emploi qui vous intéressent.  

Quelles sont les missions du traffic manager ?

Le responsable du trafic est amené à remplir de nombreuses missions au quotidien. Si elles peuvent légèrement différer d’une entreprise ou d’une agence à l’autre, il doit généralement :

  • créer et piloter la stratégie d’acquisition du trafic ;

  • gérer le budget alloué à chaque action et les différents tarifs d’acquisition (exemple : le coût par clic des annonces dit « CPC ») ;

  • déployer diverses campagnes publicitaires online (ex. : emailing, annonces sur les réseaux sociaux et les moteurs de recherche) ;

  • accroître la visibilité du site sur le web via l’utilisation de diverses techniques de référencement naturel (SEO) ou payant (SEA). A noter que le choix des techniques de SMO (Social Media Optimisation) à employer peut aussi relever des missions du traffic manager ;

  • mener une veille technologique et stratégique, notamment pour être immédiatement informé(e) des changements apportés aux algorithmes de référencement ou découvrir de nouvelles applications de m-commerce pouvant dynamiser le trafic mobile ;

  • rester aussi en veille concurrentielle, ne serait-ce que pour connaître le positionnement des concurrents directs de l’entreprise dans les résultats des moteurs de recherche et identifier les techniques de référencement donnant de bons résultats chez eux ;

  • construire des partenariats solides et pertinents pour générer plus de visites qualifiées ;

  • suivre les résultats de la stratégie d’acquisition du trafic à l’aide de différents outils comme Google Analytics par exemple ;

  • manager une équipe - du moins dans les grandes entreprises - pouvant contenir plusieurs référenceurs, web analysers et/ou data miners (littéralement « fouilleurs de données » : ce métier du Big Data consiste essentiellement à identifier les données réellement utiles pour l’entreprise au milieu d’un très grand volume d’informations. Cette profession assez récente est également en plein essor en France).

A noter : dans les métiers du digital, la tendance est globalement à la spécialisation. Ainsi les fonctions de « référenceur », « webmaster » et de « gestionnaire du trafic web », autrefois assurées par une seule et même personne, ont donné naissance à des professions distinctes. Toutefois, retenez que dans les plus petites entreprises, il arrive que le responsable de flux doive encore porter la casquette de référenceur voire même celle de community manager, faute de pouvoir embaucher suffisamment de salariés. A contrario, plus la taille de l’entreprise est importante, plus le gestionnaire de trafic web est susceptible de diriger une grande équipe et/ou de se spécialiser dans un domaine bien particulier : certains gèrent essentiellement les campagnes displays par exemple. Prenez donc toujours le temps de détailler les missions inscrites dans les annonces d’emploi de traffic manager pour bien cerner les spécificités du poste proposé.

Quel est son rattachement hiérarchique ?

Lorsqu’il travaille en agence, le gestionnaire de trafic web est généralement sous les ordres du directeur ou responsable de pôle web. En entreprise, il peut être rattaché à différents services. Le plus souvent, il est sous la direction du :

  • responsable pôle acquisition et performance ;

  • directeur marketing ou webmarketing ;

  • directeur e-commerce.

Quelles sont les principales compétences du responsable de trafic ?

Parmi les hard skills nécessaires pour devenir traffic manager figurent surtout :

  • la maîtrise des leviers du référencement naturel et payant ;

  • une bonne connaissance du web en général et des médias sociaux (ex. : Facebook, Twitter) ;

  • la maîtrise des techniques de web marketing (ex. : affiliation, liens sponsorisés) ;

  • de solides notions en HTML, javascript et autres langages web pouvant avoir un impact sur le référencement et le nombre de visites  ;

  • la maîtrise de différents outils de veille, de web analytique, de retargetting et de gestion de campagnes publicitaires.

Focus sur le métier de traffic manager

Ci-dessus : Google Analytics fait partie des principaux outils utilisés par les gestionnaires de trafic. Source image : blog Google

Des connaissances juridiques, notamment en droit de l'internet, sont également vivement recommandées pour éviter les techniques jugées « anti-concurrentielles » et conclure correctement les contrats de partenariat.  

Focus sur le métier de traffic manager

Audience Insights Facebook est aussi fréquemment utilisé à ce poste. Source image : Facebook

Quelles sont les grandes qualités du responsable de gestion du trafic ?

Pour devenir un bon traffic manager, il est surtout utile :

  • d’avoir un solide sens de l’organisation car il est souvent nécessaire de gérer plusieurs projets en même temps ;

  • d’être en mesure de bien gérer son stress ;

  • d’avoir un bon esprit d’analyse pour interpréter correctement les résultats de sa stratégie d’optimisation du trafic et déterminer éventuellement les correctifs à lui apporter ;

  • d’être très réactif pour adapter rapidement la stratégie si besoin ;

  • d’avoir l’esprit d’équipe ;

  • de faire preuve de curiosité, pour repérer au plus vite les dernières tendances du web marketing et les nouvelles pratiques des clients ;

  • d’avoir un bon sens du relationnel. Cette dernière qualité est particulièrement utile pour gérer les partenariats et entretenir de bonnes relations avec les clients en agence.

Focus sur le métier de traffic manager

Source : Edgar People

Qui recrute des traffic managers en France ?

Les agences web, les régies publicitaires ainsi que les agences spécialisées dans la communication digitale, le web marketing et le référencement recherchent régulièrement des responsables de flux. De plus en plus d’entreprises publient également des annonces d’emploi pour trouver un bon gestionnaire de trafic web. Parmi elles figurent notamment de nombreux pure players de l’e-commerce mais pas seulement : de grands groupes sont aussi en quête d’un traffic manager pour dynamiser leur activité sur le web... A noter qu’il est également possible d’exercer cette profession en indépendant.

Responsable de trafic : focus sur les profils recherchés 

Faut-il beaucoup d’expérience pour obtenir ce poste ?

Les prérequis pour accéder à ces fonctions varient selon les annonces d’emploi. Si certaines demandent seulement 2 à 5 ans d’expérience à un autre poste lié au digital - les traffic managers sont souvent d’ancien référenceurs ou webmarketeurs – d’autres requièrent au contraire une expérience professionnelle nettement plus poussée dans le domaine du marketing.

Quid des diplômes nécesaires ?

Plusieurs formations sont envisageables pour devenir un spécialiste web analytics et acquisition de trafic : il est conseillé d’avoir un diplôme Bac +3 à Bac + 5 dans le domaine de l’e-commerce, du marketing, de la communication ou du digital pour obtenir ce job même si ce dernier est parfois accessible à Bac +2. Tout dépend du niveau d’exigence des recruteurs et de la difficulté des missions à effectuer ! Parmi les formations possibles, citons par exemple (liste non exhaustive) :

  • un BTS information-communication-multimédia (Bac +2) ;

  • des licenses en communication avec une spécialisation dans le digital ou encore des licences pro internet (Bac + 3 ) ;

  • un MBA (Master of Business Administration) ou un E-MBA en web marketing (Bac +5).

Bon à savoir : l’E-MBA est surtout destiné aux cadres en activité. Vous pouvez le suivre tout en continuant de travailler, en optant pour une formation à temps partiel : c’est une bonne manière de préparer votre reconversion professionnelle dans le digital tout en conservant la sécurité de l’emploi. Pensez à votre CPF (Compte Personnel de Formation) pour le financer.

A combien s’élève le salaire d'un responsable du trafic en France ?

Difficile de vous donner un chiffre précis, le salaire d’un trafic manager pouvant varier en fonction de nombreux facteurs dont son expérience, la région, la taille de l’entreprise qui l'emploie ou encore la nature exacte des missions à effectuer :  en règle générale, les postes nécessitant de manager une équipe sont les mieux rémunérés… On peut tout de même dire que la rémunération annuelle d’un gestionnaire de trafic web débutant avoisine les 25 000 € brut. Avec un peu plus d'expérience, elle oscille entre 35 000 et 40 000 € brut. Quant au salaire annuel d’un senior, il est plutôt compris entre 40 000 et 60 000 € par an, voire 65 000 € pour les plus expérimentés. 

Quelles sont les évolutions possibles ?

Après quelques années d’expérience un responsable partenariats et management de trafic web peut décider de se spécialiser dans un domaine particulier. Dans les grandes entreprises, il peut aussi évoluer vers le poste de directeur trafficking : ce dernier anime une équipe composée de plusieurs traffic managers. Ce job peut également servir de tremplin vers les fonctions de responsable du web marketing dit aussi responsable e-marketing. Enfin, reste la possibilité de lancer votre propre structure si vous avez l’esprit entrepreneurial et suffisamment de clients ! Au besoin, sachez qu'il existe des formations pour se préparer à créer ou reprendre une entreprise. 

 

Sources : 

https://www.cidj.com/metiers/traffic-manager

https://www.clementine.jobs/fiches-metiers/metiers-marketing-publicite-digitale/traffic-manager/

http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/traffic-manager

https://www.e-marketing.fr/Thematique/management-1090/Breves/Les-metiers-du-marketing-le-traffic-manager-256459.htm

http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/metiers/fiche-metier/traffic-manager.html

https://www.regionsjob.com/observatoire-metiers/fiche/traffic-manager

https://laruche.wizbii.com/competences-necessaires-traffic-manager

http://www.e-works.fr/blog/fiche-metier-traffic-manager/

Partager cet article
Cpf final 4
Publicité
Map jobibou

Plus de 20 900 offres d'emploi !