Partager cet article

Le saviez-vous ? La VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) a fêté ses 20 ans le 17 janvier 2022 ! L'occasion parfaite de faire le point sur ce dispositif de formation encore trop souvent négligé. Qui peut faire une VAE ? A quoi peut-elle vous servir dans votre vie professionnelle ? Est-elle facile à obtenir ? En quoi se distingue-t-elle de la formation continue ? Autant de questions auxquelles nous répondons dans cet article !

 

La VAE, c'est quoi exactement ? 

Depuis son lancement en janvier 2002, la VAE a connu plusieurs changements. Notamment lors de l'apparition des blocs de compétences, introduits par la loi Avenir professionnel du 5 septembre 2018. Cependant, son principal objectif reste le même ! À savoir : reconnaître officiellement les compétences que vous avez acquises "sur le terrain", en vous délivrant la certification professionnelle correspondante.

 Mais n'allez pas croire pour autant qu'il s'agisse d'une simple formalité !
 

La VAE n’est pas une conversion automatique d’une expérience en certification. Il s’agit d’un véritable parcours qui nécessite le passage devant un jury pour valider les connaissances et les compétences que vous avez acquises.

Source : Ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion

Faire une VAE demande donc un véritable investissement personnel. Mais les efforts en valent la peine à en croire les bénéficiaires de ce dispositif. A titre indicatif, une étude du Fongecif Ile-de-France relève un taux de satisfaction de 94% ! 

92% des Franciliens interrogés ont également reconnu l'utilité de ce dispositif dans leur parcours professionnel. 

 

Pour quelles raisons opter pour la Validation des Acquis de l'Expérience ? 

Entamer une démarche VAE ne vous permettra pas d'acquérir de nouvelles compétences. C'est là sa plus grande différence avec les formations professionnelles "classiques "! 

Cependant, faire reconnaître les compétences que vous maîtrisez déjà peut s'avérer extrêmement utile pour : 

  • retrouver confiance en vous. En effet, de nombreux candidats entament cette démarche pour se prouver qu'ils sont capables d'obtenir un diplôme. Ou encore parce qu'ils souffrent du syndrome de l'imposteur. Cela s'observe notamment chez les managers qui ont acquis tout leur savoir-faire sur le terrain. Dans les faits, ils sont déjà parfaitement capables de diriger les jeunes talents "bardés de diplômes" qui rejoignent leur équipe. Mais cela ne les empêche pas de se sentir mal à l'aise face à eux. Passer une VAE leur permet alors généralement de gagner en assurance ;

  • changer d'entreprise. Certes, votre employeur actuel sait que vous êtes capable d'accomplir toutes les missions qu'il vous demande. Mais ce n'est pas le cas des recruteurs ! D'autant plus que certains d'entre eux privilégient encore les diplômes à l'expérience  ;

  • changer de métier si vous avez eu l'opportunité d'acquérir des compétences très différentes de celles demandées à votre poste actuel. La VAE peut ainsi représenter une première étape vers votre reconversion professionelle ;

  • vous mettre à votre compte. Votre diplôme, affiché fièrement dans votre bureau, rassurera alors vos clients ! 

Vous cherchez plutôt à obtenir une promotion ou une augmentation au sein de votre entreprise ? Dans ce cas, la situation est plus délicate. Pourquoi ? Tout simplement parce que, légalement, rien n'oblige votre employeur à vous accorder une augmentation ou a vous confier plus de responsabilités après votre diplôme... SAUF si :

  • vous avez préalablement conclu un accord avec lui ;

  • ou qu'il existe des dispositions spécifiques dans une convention ou un accord collectif. 

Bref : pour éviter les mauvaises surprises, renseignez-vous bien avant d'entamer votre démarche !

La VAE vous aide depuis déjà 20 ans à faire évoluer votre carrière

Source : Enquête parcours VAE Fongecif Ile-de-France (CSP = Catégorie Socioprofessionnelle). 

 

Qui peut activer ce dispositif ? 

Bonne nouvelle : la VAE est accessible à toutes les personnes étant déjà entrées dans la vie active ! Et ce, quels que soient leur :

  • âge ;

  • nationalité. En effet, même les personnes étrangères fraîchement arrivées en France - ou souhaitant bientôt s'y installer - peuvent utiliser ce dispositif. D'ailleurs beaucoup d'entre elles le font pour valider les compétences acquises dans leur pays. Les diplômes et autres titres professionnels obtenus les aide ensuite à trouver plus facilement un emploi dans l'Hexagone ! Seules contraintes : elles doivent bien maîtriser la langue française et leurs attestations d'expérience professionnelle doivent également être rédigées en Français ;

  • statut professionnel (ex. : salarié, indépendant, demandeur d'emploi) ;

  • et leur niveau de formation initiale. 

Autre bonne nouvelle : depuis la loi Travail, il faut seulement justifier d'1 an d’expérience (en continu ou non) en rapport direct avec la certification visée pour envisager une VAE contre 3 ans auparavant. 

Sachant que vous pouvez tout aussi bien avoir accumulé cette expérience durant vos activités professionnelles (salariées ou non) que pendant :

  • vos actions de bénévolat ou de volontariat ;

  • vos activités syndicales ;

  • votre mandat électoral local ;

  • ou encore les activités que vous avez exercées en tant que sportif ou sportive de haut niveau. Celles-ci peuvent vous permettre d'obtenir un Brevet Professionnel de la Jeunesse de l'Education Populaire et du Sport (BPJEPS) par exemple. Ou encore un Diplôme d'Etat de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et du Sport (DEJEPS). 

La VAE vous aide depuis déjà 20 ans à faire évoluer votre carrière

Source : legiSocial

 

Quels sont les diplômes que vous pouvez atteindre via la VAE ?

Vous pouvez aussi bien viser un diplôme d'Etat (ex. : CAP, BTS, Licence pro, Master), qu'un titre professionnel ou un certificat de qualification professionnelle (CQP). L'essentiel est qu'il soit inscrit au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles), géré par l'organisme France Compétences sous la direction du Ministère du Travail. 

En pratique, de nombreuses certifications professionnelles inscrites au RNCP sont déjà accessibles via la validation d'expérience, notamment dans le domaine :

  • du marketing ;

  • du digital ;

  • de la communication ;

  • des ressources humaines ;

  • ou encore de la comptabilité. 

Mais toutes les certifications inscrites ne sont pas encore ouvertes à la VAE ! Pour vérifier que celle que vous visez est accessible grâce à votre expérience, cliquez simplement sur le bouton "Voie d'accés" sur sa fiche RNCP.

Si votre certification est bien compatible, vous pourrez aussi en profiter pour voir la composition du jury. Celle-ci peut varier d'une certification à l'autre !

 

La VAE vous aide depuis déjà 20 ans à faire évoluer votre carrière

Source : Master en marketing accessible via la VAE, RNCP

 

Validation des Acquis de l'Expérience : le parcours type 

On peut diviser le parcours VAE en 4 grandes étapes. À titre indicatif, un demandeur d'emploi qui y consacre une grande partie de son temps peut espérer arriver au bout du parcours en 3 à 4 mois. En revanche, les salariés en activité qui travaillent seulement quelques heures le soir sur leur dossier mettent en moyenne 12 mois pour passer leur VAE. 

1ère étape : identifiez le bon diplôme et l'organisme certificateur correspondant

Dis comme ça, cela a l'air simple. Mais en réalité cette étape peut être assez délicate et chronophage. Surtout si vous essayez de repérer tout(e) seul(e) la bonne certification au milieu des milliers de fiches du RNCP. Bien entendu, vous pouvez affiner les résultats en indiquant les compétences ciblées (ex.: communication digitale) dans le moteur de recherches. Cependant, même ainsi il est assez facile de se tromper : vous devez vraiment choisir LA certification qui correspond parfaitement à votre expérience et vos projets d'évolution professionnelle. 

N'hésitez donc pas à vous faire aider ! Pour cela, vous pouvez notamment effectuer un bilan de compétences. D'une durée maximale de 24 heures - s'étalant sur plusieurs semaines - il vous aide à bien cerner toutes les compétences que vous maîtrisez, mieux définir votre projet professionnel, identifier les certifications les plus adaptées... Et même à déterminer si vous devriez plutôt suivre une formation pour atteindre vos objectifs ! Seul bémol : ce n'est pas gratuit. Mais vous pouvez éventuellement utiliser votre CPF (Compte Personnel de Formation) pour financer votre bilan de compétences. 

Autre option très intéressante : demander un entretien conseil personnalisé dans le centre conseil VAE le plus proche de chez vous. En l'espace d'1h30 environ, il vous aidera déjà à repérer des certifications et des organismes à contacter. Et ce, gratuitement !

Enfin, si vous êtes demandeur d'emploi, sachez que Pôle Emploi peut aussi vous aider à bien débuter vos recherches à travers un atelier dédié à la Validation des Acquis de l'Expérience . Là aussi, c'est gratuit !

 

2ᵈᵉ étape : contactez le centre certificateur

Une fois certain(e) d'avoir identifié la bonne certification, prenez contact avec l'organisme (ex. : ministère, école) qui la délivre. Vous pourrez ainsi leur envoyer votre dossier de recevabilité, aussi appelé "Livret 1". A ce stade, vous pouvez déjà essuyer un refus. Mais pour être honnête, cela arrive assez rarement. Il faudrait vraiment que vous vous soyez complètement trompé de certification. Ou que vous n'ayez tout simplement pas encore l'année d'expérience requise pour tenter de l'obtenir !

Bon à savoir également : dans certains organismes l'inscription est totalement gratuite. D'autres en revanche vous demanderont des frais d'inscription et des frais de dossier. 

La VAE vous aide depuis déjà 20 ans à faire évoluer votre carrière

Source : capture d'écran de la vidéo "Validation des Acquis de l’Expérience : étape par étape", Ministère du Travail

 

3ᵉ étape : constituez votre dossier VAE

Une fois votre demande acceptée, vous pouvez commencer à monter votre dossier VAE ou "Livret 2". C'est là que vous présenterez votre parcours, que vous détaillerez les activités et missions que vous avez réalisées, que vous expliquerez en quoi elles correspondent à la certification visée, etc

Bien entendu, il est hors de question de "bâcler" cette étape car le jury va largement s'appuyer sur votre dossier pour prendre sa décision. C'est pourquoi de nombreux candidats choisissent de se faire aider à ce stade par un accompagnateur VAE certifié. Si rien ne vous y oblige, nous vous conseillons vivement d'en faire autant ! Cela vous permettra de rendre un dossier impeccable et de vous préparer à passer devant le jury.

Certes, cet accompagnement est payant : il peut coûter de 300 € à plus de 2000 € selon les cas. Mais il serait dommage de vous en priver car il existe plusieurs manières de le financer en fonction de votre situation professionnelle. Si vous avez suffisamment cotisé, votre CPF à lui seul peut le couvrir intégralement par exemple. Sinon, vous pouvez faire appel à :

 

4ᵉ étape : passez devant le jury 

Dernière étape : défendre votre cause devant le jury. Quitte au besoin à demander un congé VAE à votre employeur pour passer cette épreuve !

La VAE vous aide depuis déjà 20 ans à faire évoluer votre carrière

Source : capture d'écran de la vidéo "Validation des Acquis de l’Expérience : étape par étape", Ministère du Travail

En pratique, vous devrez présenter oralement vos expériences pour compléter les informations fournies par votre dossier ou apporter des précisions. Mais certains organismes demandent également une mise en situation professionnelle !

Le jury peut ensuite décider de :

  • valider totalement votre certification ;

  • valider partiellement votre certification. Dans ce cas, vous disposez encore de 5 ans pour obtenir les blocs de compétences qui vous manquent ;

  • ou de refuser totalement votre demande.

 

Quel est le taux de réussite à la VAE ? 

Le taux de validation totale varie d'une région et d'une certification à l'autre. Mais habituellement, il est assez élevé. La moyenne nationale atteint ainsi 69% de validations totales pour l'année 2021

Quant aux autres candidats, ils obtiennent généralement au moins une validation partielle. Les vrais échecs sont minoritaires et concernent surtout les personnes qui n'ont reçu aucune aide durant leur parcours...

Cela étant dit, même en étant accompagné(e), certaines certifications sont particulièrement dures à valider. Par exemple, le Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion (DSCG) compte parmi les plus difficiles à obtenir via la VAE. En effet, sur 107 dossiers déposés en 2021, on dénombre 17 validations totales "du premier coup". Ce qui représente seulement 16% des candidats : on est vraiment très loin de la moyenne nationale ! À noter aussi que 45 autres candidats ont obtenu une validation partielle (soit 42% des candidats).

 

La formation professionnelle, l'étape logique qui complète ou poursuit la VAE

Pour conclure, sachez également que de nombreux bénéficiaires de la VAE entament ensuite une formation professionnelle. Soit :

N'hésitez pas à demander conseil à des experts en formation continue pour en savoir plus !
 

Cela étant dit, il existe d'autres manières de faire valider le ou les blocs de compétences qui vous manquent. Comme orienter vos prochaines missions de manière à développer les compétences nécessaires puis de repasser devant le jury par exemple... Mais cela peut demander plus de temps ! Ne vous inquiétez pas : normalement, les examinateurs vous conseilleront d'eux-mêmes la solution la plus adaptée à votre cas. 

Sur ce, il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter bonne chance si vous souhaitez entamer une démarche VAE !

Partager cet article
Cpf final 4
Publicité
Map jobibou

Plus de 20 200 offres d'emploi !