Les meilleures méthodes pour en finir avec la procrastination !

Par Julie le 20 mars 2019

Savoir-être Competences Tendances Bonnes pratiques
Partager cet article

Procrastiner, cette fâcheuse tendance que l’on a parfois de toujours tout remettre à plus tard, de différer et de reporter les obligations que l’on pourrait ou que l’on doit accomplir maintenant. 
Certains en sont les rois et vont jusqu’à se mettre dans des situations délicates à force d’abuser du temps dont ils ne disposent plus. D’autres en sont victimes plus occasionnellement. Ce qui est sûr, c’est que la procrastination nous touche tous, fort  heureusement à des degrés différents. Elle serait également de plus en plus de personnes et dispose même de sa journée mondiale, le 25 mars.

Alors si vous faites partie de ceux pour qui la procrastination est un problème, si elle vous empoisonne la vie et que vous souhaitez en finir avec cette impression de ne jamais parvenir à faire tout ce que vous voudriez, lisez attentivement ce qui va suivre.

Et surtout, premier conseil, faites le dès maintenant, n’attendez pas demain ni un autre jour, ne chercher pas à remettre cette lecture à plus tard. Bref, ne commencez pas à procrastiner !

Comprendre les différents degrés de la procrastination

Si nous ne sommes pas tous égaux face à la procrastination, nous avons déjà tous été pris par cette envie de faire absolument tout, sauf ce qui est justement mentionné sur notre to-do list !

Selon une étude de Blackline, 87% des français seraient touchés par la procrastination. Parmi eux, 22% considèrent qu’ils le font souvent, plus de la moitié (58%) de temps en temps et 7% systématiquement.  


Source image : Blackline

Pour évaluer votre situation face à la procrastination, il faut donc comprendre quelle est votre mode de fonctionnement.

  • Est-ce que vous remettez TOUJOURS tout à plus tard, quelque soit la tâche à effectuer ou bien est-ce que cela vous arrive uniquement de temps en temps ?

  • Ressentez vous du stress ou de l’excitation à l’idée de vous lancer dans une nouvelle tâche ?

  • Est-ce que la moindre chose à faire vous paraît être une montagne ou êtes-vous capable d’avoir une vision plus fine des petites tâches à réaliser pour y parvenir ?

Comprendre comment vous vous sentez face à l’idée de devoir faire quelque chose est primordial pour cesser de procrastiner. Par exemple, si tout vous semble être une simple contrainte, tentez d’en faire un jeu, un challenge.

Essayer de rendre cette tâche plus facile, attractive, claire et valorisante pour vous. Bref, mettez plus de fun dans votre quotidien pour vous donner envie d’avoir envie.

Identifiez ce qui vous fait procrastiner

Comprendre à quel degré de procrastination vous vous situez, c’est aussi identifier dans quel environnement et dans quelles situations vous procrastinez le plus. Listez ce que vous faites pendant que vous procrastiner : lire, dormir, regarder des séries, passer du temps sur votre smartphone ou sur les réseaux sociaux ?

Pour commencer, sachez que nous vivons dans un monde où nous sommes de plus en plus sollicités par tout un tas de distractions, toujours plus nombreuses et “aspirantes”. D’ailleurs, la procrastination touche de plus en plus de personnes. Ainsi, en l’espace de 40 ans, elle aurait augmenté de 300 à 400%, du fait des nombreuses distractions qui sont accessibles aujourd’hui : smartphones, réseaux sociaux, sur-information, multitasking, travail en open space avec des sollicitations permanentes… Tout ceci a un fort impact sur notre capacité d’attention et nous pousse à la dispersion et à l'éparpillement.

Selon Diane Ballonad Rolland, auteure de J'arrête de procrastiner, 21 jours pour arrêter de tout remettre au lendemain, aux éditions Eyrolles, cela touche environ 95% de la population. Si ce chiffre peut paraître énorme, il est, selon l’auteure, plutôt rassurant et sain puisqu’au fond, la procrastination peut nous protéger d’une certaine forme de suractivité.

Notre environnement est donc toujours plus propice à la procrastination. Et si, se le dire peut vous déculpabiliser un peu, vous ne devez pas pour autant céder à la tentation de vous y laisser aller pour ne jamais en revenir.

La procrastination n’est pas une maladie, c’est un comportement, qu’il est possible de changer.

Pour éviter de vous mettre dans l’action, vous pouvez développer des stratégies de fuite ou d’évitement très élaborées et souvent complexes. Souvent, vous le faites de façon consciente et vous vous persuadez que ce que vous avez décidez de faire maintenant est beaucoup plus urgent que ce que vous devriez faire vraiment. Si vous identifier correctement ce qui vous fait procrastiner, vous pourrez alors vous éloignez des tentations le temps de vous mettre au travail ! 

Identifier également ce que vous avez tendance à reporter : sur quels types de tâches bloquez-vous et dans quels domaines. Vie professionnelle, administratif, santé, vie sociale ou familiale ? Lister tout ce que vous devez ou aimeriez faire depuis déjà trop longtemps et que vous ne parvenez pas à démarrer. Aussi, demandez-vous pourquoi vous n’y parvenez pas. Peut-être ne savez-vous pas par où commencer ? Peut-être avez-vous peur d’échouer ? Peut-être êtes-vous trop perfectionniste ?

Passer à l’action

Maintenant que vous avez identifié tous les stratagèmes que vous êtes capable de mettre en place pour éviter de vous y mettre, il est justement temps… de s’y mettre !

Pour cela, voici quelques-un de nos conseils à mettre en pratique :

1. Faites-vous confiance

La procrastination,  si elle dure depuis trop longtemps, peut nuire à votre confiance en vous. En effet, avoir eu l’habitude de trop procrastiner peut vous amener dans un schéma de pensées où vous ne vous pensez plus capable de réaliser quoi que ce soit. Rassurez-vous, la perfection n’existe pas, vous ne pouvez pas être parfait et ce que vous réaliserez non plus. En revanche, dites-vous que faire quelque chose sera toujours plus valorisant, efficace et intéressant pour vous que de ne rien faire du tout.

Aussi, pensez-au fait que parfois, il est urgent de ne rien faire. Si vous sentez que face à une tâche, vous êtes paralysé par la peur ou le stress, commencez par vous détendre. Yoga ou relaxation vous permettront par exemple de faire le vide et de repartir sur de bonnes bases pour vous y mettre.

Une fois que vous êtes détendu, réfléchissez à une plusieurs toute petite chose que vous pourriez faire pour avancer dans cette tâche. Vous devez fixer un RDV avec quelqu’un : commencez par vérifier que vous avez bien ses coordonnées ou demandez-les à une personne qui pourra vous les fournir.

2. Mettez en place une organisation : la vôtre  

Pour lutter contre la procrastination, on entend souvent des conseils comme “il faut vous organisez”. Oui, mais suivre ou subir une organisation qui n’est pas la vôtre peut vite devenir un supplice contre productif.

En revanche, pour s’organiser, il existe des impondérables comme :

  • Noter ce que vous avez à faire : cela vous permettra de mieux visualiser les tâches à réaliser. Le meilleur outil pour cela est l’agenda, qu’il soit papier ou digital. Il vous donnera aussi une vue globale de votre journée ou de votre semaine à venir. L’un des outils considéré, au moment de son lancement en 2016, comme révolutionnaire pour s’organiser est le bullet journal (aussi appelé Bujo). Celui-ci vous invite à vous fixer des objectifs quotidiens et personnalisables.

  • Fixer vous des deadlines : notre conseil est d’utiliser un agenda qui vous permettra de vous fixer des dates de réalisation mais aussi de mieux les répartir dans le temps. Par exemple, répartissez bien les tâches tout au long de la semaine et éviter la journée du lundi avec une tonne de choses à faire ou de vous imposez la rédaction d’un document pile le jour où vous enchaîner les rendez-vous à l’extérieur. Enfin, réajuster votre to-do-list en fonction de ce qui se passe dans votre semaine.

  • Fixez-vous un rythme. Qui a dit que vous deviez travailler 8h par jour sans vous arrêter ? Pour être efficace et productif, vous devez connaître votre rythme. Pour cela, observez-vous. Déterminer si vous êtes plus efficace tôt le matin, dans l’après-midi ou en soirée vous permettra d’organiser vos journées de manière beaucoup plus efficace. Cela ne sert à rien d’aller contre votre rythme. Au contraire, si vous êtes un couche tard et que vous vous imposez un réveil à 6h30 tous les matins, il y a peu de chance que votre matinée soit productive.

  • Commencez par le plus difficile : c’est justement le plus difficile pour un procrastinateur mais c’est pourtant la meilleure chose à faire. En général, on conseille de commencer la journée le matin pas trop tard et toujours par le plus difficile pour que la journée paraisse ensuite moins angoissante et plus facile. Débarrassez-vous du plus lourd pour aborder la suite de la journée l’esprit plus léger.

3. Essayez de vous concentrer et surtout de ne pas vous déconcentrer

Nous vivons et travaillons dans des environnements où nous sommes toujours plus sollicités et où la concentration est très difficile à obtenir, et à garder. Les mails et autres notifications reçues sur son smartphone sont autant de distractions qui peuvent vous détacher de votre état de concentration. Pour rester concentrer, n’hésitez pas à vous déconnecter quelques heures ou plusieurs dizaines de minutes. Coupez votre boîte mail et laissez votre smartphone au fond de votre sac, en mode avion. Vous verrez comme la concentration est plus simple à conserver.  

4. Apprenez à gérer votre temps

Même si vous trouvez des solutions pour rester davantage concentré, vous ne parviendrez jamais l’être plusieurs heures d’affilée : cela n’est tout simplement pas humain. En revanche, vous devez apprendre à gérer le temps que vous avez devant vous pour réaliser une tâche.
Pour cela, l’une des méthodes utilisée est la méthode pomodoro. Elle consiste à utiliser une minuterie pour diviser ses phases de travail en intervalles : 25 minutes de travail suivie d’une pause de 5 minutes. Ces intervalles sont appelés des pomodoros et vient du minuteur de cuisine en forme de tomate que Francesco Cirillo, l’inventeur de cette méthode, utilisait avec ses étudiants.
 


Source image : Pomodoro

La gestion du temps peut sembler difficile dans la mesure où on ne se rend pas toujours compte du temps nécessaire pour réaliser une tâche. Avant de vous lancer, la première chose à faire est donc de découper cette tâche en plusieurs tâches. En effet, avant de venir à bout de celle-ci, vous allez devoir réaliser tout un tas de petites tâches au préalable. En dresser la liste vous aidera à évaluer le temps nécessaire pour réaliser l’ensemble de la tâche.

5. Apprenez à gérer les priorités

Oui, des tâches peuvent tout à fait être remise au lendemain ! Si si, on vous assure… Si les tâches que vous devez réaliser sont bien priorisées, certaines pourront facilement attendre le lendemain, voire le surlendemain.


Source : plan zone

La priorité d’une tâche par rapport à une autre doit être établie selon les critères suivants :

  • le degré d'urgence et d'utilité de la tâche à réaliser : c’est le plus important car avancer sur ces sujets peut vous faciliter la vie assez rapidement, et surtout renforcera votre motivation et votre confiance en vous si vous réussissez.

  • le niveau de difficulté et de pénibilité d'autre part : plus cela vous parait pénible moins il faut le remettre à plus tard.



Source image : Efifdia

5. Soignez votre hygiène de vie

Manque de sommeil et mauvaise alimentation sont des éléments qui peuvent avoir une grande influence sur votre envie de procrastiner. Si vous avez peu dormi, vous allez forcément avoir du mal à vous concentrer et  cela va vous pousser à retourner dans les abîmes de la procrastination.
De la même manière, si vous pensez que sauter des repas va vous faire gagner du temps, c’est une erreur.

Non, la procrastination n’est pas une fatalité : dans son livre Miracle Morning, Hal Elrod explique ainsi qu’en 30 jours, il est possible de changer ses habitudes. Vous remettre dans une dynamique du faire et garder en tête que “ce qui est fait n’est plus à faire” vous permettra de vous reconnecter à la satisfaction d’avoir terminé une tâche nécessaire et pesante.
De la même manière, “faire et défaire c’est toujours travailler”. Ne cherchez pas à réaliser en une seule fois une tâche qui peut-être longue et pénible. Découpez vos tâches et laisser reposer votre travail et votre  réflexion si nécessaire.

Enfin, veillez tout de même à continuer à procrastiner de temps en temps. Nous vivons dans une société où l’action est extrêmement valorisée mais dans laquelle il est justement nécessaire de s’accorder du temps pour ne rien faire, faire une pause et souffler un peu pour sortir du quotidien parfois fatiguant.

Partager cet article

A la recherche d'un job dans le Marketing, la Relation Client et le Digital ?

Bloc cycles diplomant
Publicité
Map jobibou

Plus de 80 400 offres d'emploi !