Maîtriser sa communication non verbale en entretien d'embauche

Par Melany le 11 octobre 2019

Adaptabilite Recrutement Entretien d'embauche Bonnes pratiques Candidatures
Partager cet article

A l'occasion d'un entretien d'embauche, on pense à se préparer en anticipant certaines questions, en faisant des recherches sur l'entreprise et en se préparant mentalement. Mais bien souvent on occulte un aspect qui est pourtant lui aussi très important. Celui de la gestuelle ou « communication non verbale ».

Notre expression corporelle est la plupart du temps inconsciente et non maîtrisée. Pour autant, il est primordial d'apprendre à conscientiser ce que nos gestes et nos postures font passer comme messages aux autres. Lors d'un recrutement, maîtriser sa gestuelle est forcément un atout supplémentaire et permet de laisser une impression positive, car vos paroles seront en accord avec vos gestes et donc ce que vous souhaitez communiquer au recruteur. Oui, mais comment faire pour améliorer sa communication non verbale ? On vous explique.

Pourquoi apprendre à maîtriser sa communication non verbale (CNV) ?

Lors d'un entretien d'embauche, il est important de prêter attention aussi bien au fond qu'à la forme. Les gestes, les expressions faciales, les intonations de la voie sont des éléments à soigner également. Le comportement ou l'attitude d'un candidat au niveau de la gestuelle, est une source précieuse d'informations pour les recruteurs rompus à l'exercice des entretiens d'embauche. Nous sommes généralement inconscients de la signification profonde de nos attitudes corporelles et cela est humain. Toutefois, il est intéressant de conscientiser notre gestuelle pour mieux communiquer avec les autres. Alors qu'est-ce que la communication non verbale (CNV) ? Qu'englobe t-elle exactement ? Pourquoi est-ce utile de la travailler avant un entretien ?

La communication non verbale c'est quoi ?

Source image : Pixabay.fr

C'est tout simplement tous les autres moyens (hors parole) que nous utilisons au quotidien pour communiquer avec les autres. Parmi ces moyens on retrouve les gestes, les expressions du visage et même l'habillement qui de manière inconsciente révèle beaucoup de notre personne.

Notre langage corporel est une source d'information très intéressante pour les recruteurs.

Pourquoi travailler sa CNV avant un entretien ?

Être conscient de ses gestes et de ses expressions permet de s'assurer de faire passer le bon message à son interlocuteur. Entre naturel et maîtrise, il faut trouver l'équilibre qui fait que vous n'êtes ni coincé ni trop à l'aise ou maladroit. Travailler sa communication non verbale avant un entretien est aussi une bonne méthode pour diminuer le facteur stress le jour J. Le fait d'être conscient de la signification de telle ou telle gestuelle, vous aidera notamment à éviter les erreurs qui pourraient faire douter le recruteur. Alors quelle est la signification de nos gestes et de nos expressions faciales ? Quelle méthode appliquer pour travailler son expression corporelle ?

Quelle est la signification de notre gestuelle et de nos expressions faciales ?

Source image : jobenstock

Notre langage corporel est une source d'information très intéressante pour les recruteurs. En observant bien les candidats ils sont capables de repérer des signaux spécifiques pour déceler l'état d'esprit, les qualités, les défauts, le malaise, le mensonge, etc. Regards, mouvements des mains et postures du corps sont autant d'éléments révélateurs.

Le mouvement des mains

Le mouvement des mains vient appuyer le discours, en ce sens cela informe le recruteur sur l'authenticité ou la spontanéité de l'échange. Des mains figées et proches du corps révèlent par exemple que le candidat est dans la maîtrise de ses réponses ou mal à l'aise. Les mains éloignées du corps et détendues témoignent au contraire de l'authenticité et de la spontanéité du discours.

Le regard

Le regard fait passer des émotions et beaucoup d'autres informations. Symboliquement, on le relie à la pensée car il est capable de révéler un effort de mémoire ou de réflexion. Quand on questionne une personne en se positionnant en face d'elle, on peut constater 3 orientations visuelles possibles dans le regard. S'il s'oriente vers le haut, la personne revisite des situations déjà vécues. Le regard dirigé en face montre que la personne cherche des réponses. Le regard vers le bas, indique que la personne ressent des émotions et fait appel à ses souvenirs. Mais d'une façon plus générale et en se basant sur le ressenti, on est généralement capable de saisir un regard fuyant, inquiétant, plein de bonté ou malhonnête.

Les gestes

Les gestes peuvent également révéler de nombreuses informations. Par exemple, si un candidat se gratte, cela peut signifier soit qu'il cherche une réponse, soit qu'il éprouve de l'impatience ou bien qu'il est gêné. Certaines personnes ressentent le besoin de s'apaiser et de se rassurer durant un entretien, cela peut prendre la forme de micro-caresses sur les mains, dans les cheveux, etc. Bien souvent cela révèle que la personne est stressée.

L'expression du visage

L'expression du visage ou les mimiques sont très révélatrices. Nul besoin d'épiloguer longuement à ce propos, puisque nous sommes tous capables d'identifier la joie, la peur, l'humour, et les différentes émotions sur le visage de nos interlocuteurs. Sur un visage on peut aussi lire les épreuves qui ont marqué la vie de certaines personnes, ou au contraire l'apaisement et la plénitude en observant les rides d'expression, le rayonnement de la personne.

Les postures du corps

Les postures du corps en disent long sur un candidat lors d'un entretien. Une posture en arrière, jambes et bras croisés est le signe d'un manque d'ouverture, d'un besoin de protection et souvent d'un grand stress. Une posture du corps vers l'avant, les jambes et les bras non croisés témoigne au contraire d'une ouverture, d'un état de détente et de partage. La position face-à-face indique qu'il s'est établit une communication directe où on se regarde dans les yeux pour convaincre. Quand une personne est stressée ou au contraire intéressée, elle va changer de posture et adopter une position assise de ¾. Cette posture est typique des conversations où règnent la confiance, l'ouverture, le respect et la décontraction.

Quelle méthode appliquer pour maîtriser son expression corporelle en entretien d'embauche ?

Pour bien se préparer à son entretien d'embauche et conscientiser sa communication non verbale afin de la maîtriser, l'idéal reste de se mettre en conditions réelles avec une personne que vous connaissez. Rien ne peut remplacer des images, il est donc intéressant de filmer le « faux entretien » pour pouvoir mieux s'auto-corriger après. L'expression du corps peut également gagner en serenité et en fluidité grâce à des activités comme la méditation, le sport ou le yoga. A vous de voir, mais sachez que cela ne vous fera que du bien !

Voici maintenant quelques erreurs à éviter et à connaître pour bien s'exprimer dans votre gestuelle le jour J.

  • Ne pas trop s'agiter en général et trop bouger les mains

  • Évitez de vous gratter même si vous êtes gêné ou en difficulté

  • Ne passez pas votre temps à manipuler sans cesse un objet si vous n'avez pas une vrai raison de le faire (stylos, calepin, etc)

  • Gardez à l'esprit qu'il faut certes être dans la maîtrise mais surtout rester naturel et sincère. Ne vous crispez pas et adoptez une force tranquille 

  • Ne soyez pas fuyant dans votre regard. S'il y a plusieurs recruteurs, regardez-les tour à tour pour qu'aucun ne se sente délaissé.

Nos conseils pour une communication non verbale maîtrisée

Le comportement non-verbal est un élément important pour la prise de décision d’embauche. Si le recruteur constate un décalage entre ce que dit le candidat et ce qu'il exprime de façon inconsciente dans sa gestuelle, il risque de douter de lui. Alors comment améliorer sa CNV ?

  • Authenticité et spontanéité : les leitmotiv d'une CNV réussie

Tout d'abord partons d'un principe de base fondamental. Une communication réussie ne peut avoir lieu que si la personne manifeste la volonté de se montrer authentique et spontanée. C'est donc déjà la première chose à intégrer. D'autre part, on constate que les gestuelles maladroites en entretien d'embauche découlent presque systématiquement du stress ressenti par le candidat. Il est donc important de travailler sur ce facteur stress, pour permettre au corps d'exprimer la spontanéité et l'authenticité.

  • Pratiquer un exercice pour lutter contre le stress

Pratiquez un exercice qui permet de se mettre dans de bonnes dispositions émotionnelles avant l'entretien et de lutter contre le stress. Par exemple cet exercice très simple de remise en confiance, qui consiste à se tenir en position debout quelques minutes en prêtant attention à sa respiration et en se grandissant (ouverture des épaules, redressement de la tête, etc).

  • Mettez à l'aise le recruteur en adoptant la bonne attitude

On ne vous dis pas là de vous montrer sur-émissif et trop démonstratif, mais adoptez dès le départ une attitude ouverte et courtoise. Vous êtes un peu mal à l'aise ? Et bien vous n'êtes probablement pas le seul. Les recruteurs ressentent également des émotions de stress et de malaise. De plus par effet miroir, si vous arrivez tout crispé et fermé (malgré vous), il y a peu de chance qu'en face la personne se sente bien en votre compagnie. Il y a donc un effort à faire pour mettre à l'aise votre interlocuteur. Un sourire, une attitude d'écoute et une gestuelle d'ouverture suffiront amplement. En retour, le recruteur aura plus de facilité à vous mettre à l'aise également. Et finalement, une atmosphère plus détendue s'instaure au fil des secondes.

Voici également un article pour apprendre à manifester votre motivation de la bonne façon.

  • Gardez le contact visuel

Gardez le contact visuel avec le recruteur car le regard instaure une relation de confiance, permet des échanges plus profonds et plus authentiques.

La CNV : plus porteuse de vérité que les mots ?

Source image : Pixabay

Connaissez-vous la règle des 7% - 38% - 55% du professeur Mehrabian, un professeur de psychologie ?

A la suite de ses travaux, il a conclut que le sens des mots compte pour seulement 7%, alors que le ton et la voix comptent pour 38%. Pour finir, d'après ses travaux, l’impression visuelle compterait pour 55% par rapport à l’interprétation du sens du discours. Ainsi, selon le professeur Mehrabian, 93% du message porté échapperait totalement aux mots.

Partager cet article

A la recherche d'un job dans le Marketing, la Relation Client et le Digital ?

Guide cpf
Publicité
Map jobibou

Plus de 41 000 offres d'emploi !