Méthodes agiles : pourquoi et pour quel profils ?

Par Clément le 12 octobre 2018

Soft skills Digitalisation-des-metiers Travailler dans le marketing
Partager cet article

Vous avez sûrement déjà entendu parler des méthodes agiles appliquées dans de nombreuses startups et dans certaines agences de communication. Très appréciées des équipes de développement, elles sont aujourd’hui utilisées par les directions marketing et digitales pour réinventer leurs offres et services.

Méthodes agiles : pourquoi et pour quel profils ?
Source image : unsplash.com

La méthode agile est idéale pour le développement de logiciels et d’applications, aussi bien dans le cadre d’une prestation externe que pour créer et améliorer un outil au sein d’une entreprise. Elle s’est tout d’abord démocratisée chez les développeurs, qui ont la fâcheuse habitude d’être constamment dérangés, et s’impose également de plus en plus en management. En effet, entre les développements en cours, les dysfonctionnements à corriger, les demandes de supports ou les questions des équipes marketing et commerciales, prioriser leurs tâches quotidiennes pour une équipe technique est une opération assez délicate. La méthode agile permet alors de trouver une nouvelle forme d’organisation et de discipline. On parle d’ailleurs davantage d’approche que de méthode.

Une gestion de projet plus souple et plus ouverte

Ceux qui appliquent les méthodes agiles trouvent le terme « méthode » un peu réducteur et préfèrent parler de paradigme, d’état d’esprit ou encore de culture agile. Plus qu’une gestion de projet, on emploiera le terme de gestion de produit.

La plupart des méthodes traditionnelles part d’un cahier des charges plus ou moins établi par un client, d’un budget prédéfini et de délais de livraison. La limite de la gestion de projet classique est qu’elle laisse peu de place au changement en cours de projet, lorsque l’on se rend compte par exemple qu’une fonctionnalité est inutile ou mériterait d’être plus exploitée. Le produit peut mettre plusieurs mois à être développé et de nombreux projets se finissent dans la difficulté avec une relation client dégradée.

La culture agile réduit l’effet de tunnel de la gestion de projet classique et donne beaucoup plus de visibilité au client. Ce dernier est d’ailleurs au cœur du processus en étant impliqué dans le projet pour tester et faire des retours réguliers. Il s’agit d’une méthode itérative et incrémentale, le produit n’est jamais figé et s’adapte aux besoins. Toutefois, cette approche nécessite de respecter quelques règles pour être efficace.

Comment fonctionnent les méthodes agiles ?

Dans la culture agile, planifier précisément les étapes de développement d’un produit est totalement contre-productif. Pour lancer un projet, il faut se fixer un premier objectif à court terme et commencer le développement très rapidement. Une fois cette première étape finie, on fait un point sur le produit livré et on prévoit l’étape suivante en fonction des retours et nouvelles idées. Ces étapes sont appelés sprint et on reproduit ce schéma jusqu’à ce que le produit soit considéré comme étant commercialisable. On évite ici d’employer le terme « terminer » car un produit n’est jamais terminé et peut toujours être amélioré. À chaque version, le client transmet des idées de nouvelles fonctionnalités à l’équipe technique qui estime le temps et le coût nécessaire à l’implémentation de chaque nouvel élément. L’objectif est de toujours montrer un produit utilisable au client à la fin de chaque sprint.

Une des méthodes agiles les plus connues est la méthode Scrum car il s’agit d’une méthodologie très utilisée, éprouvée et documentée. C’est aussi un mode d’organisation très simple à comprendre. Dans Scrum, on définit 3 rôles : 

  • Le Product Owner qui porte la vision du produit et est en relation avec le client
  • Le Scrum Master qui s’assure que les process sont respectés et que tout est mis en œuvre pour satisfaire le client final
  • L’équipe de développement qui réalise le produit

 

Méthodes agiles : pourquoi et pour quel profils ?

Source image : viragegroup.com

Pour en savoir plus sur cette philosophie, vous pouvez vous référer au Manifeste Agile disponible sur le web. De plus, de nombreuses solutions numériques ont été mises au point pour gérer les projets selon la méthode Agile comme Trello, Jira ou Ora.

Les méthodes agiles appliquées au marketing

Le marketing agile tire donc son origine de la méthode agile conçue initialement pour la gestion de projet web. On le retrouve particulièrement dans le marketing client, le marketing opérationnel et le marketing stratégique. De grands noms du commerce en France ont adopté cette approche, comme par exemple Bouygues Télécom. « Le digital est un canal de vente ainsi qu’un canal de relation client. L’enjeu est de faire prendre le réflexe digital à nos clients et à nos prospects, avoir un site mobile et une application qui innovent et suivent les tendances des marchés au-delà de ce que proposent les concurrents et les standards imposés par les pure players. Ainsi le marketing agile devient une nécessité » explique Solenne Pasqualetti, Directrice Digitale chez Bouygues Télécom. Même constat au sein de Vente-Privée, comme le relève sa Directrice Marketing Catherine Spindler : « on opère une transformation digitale depuis deux ans : avant cela, on avait encore adopté aucun élément, notamment l’agile. On avait besoin d’être plus réactif en termes, par exemple, de personnalisation et de data ».

Concrètement, le marketing agile répond à trois critères :

  • La réactivité qui est la capacité à changer de cap rapidement et à sortir la bonne offre de services ou le bon produit au bon moment
  • L’innovation et la volonté de faire travailler les équipes ensemble au moment de la conception d’un nouveau produit, en impliquant chaque service de l’entreprise
  • L’efficacité pour pouvoir créer le plus de valeur avec le moins d’efforts possible

Ces trois caractéristiques correspondent bien à la philosophie agile dans la mesure où les équipes marketing doivent être souples, tester leurs idées et les mettre en œuvre le plus vite possible. Une des méthodes agiles les plus connues en marketing est le Lean Startup.

Innover et tester son idée avec le Lean Startup

Comme son nom l’indique, le Lean Startup est une méthodologie qui a été pensée pour aider les startups à tester leur idée le plus rapidement possible afin d’échouer rapidement. Si ce concept peut paraître étonnant, atteindre l’échec le plus rapidement possible permet de diminuer les coûts en termes de temps passé et de développement. Plus on échoue vite, moins on dépense et plus on voit les erreurs à éviter dans le produit final.

Le Lean Startup de démarrer une activité économique de manière “pragmatique” avec un minimum d’investissement au départ. Une fois que le concept est imaginé, l’idée va être testée auprès de quelques utilisateurs afin de valider ou non les hypothèses qui ont été initialement posées. De manière itérative, d’autres hypothèses vont être formulées puis testées pour faire évoluer le produit ou le service. Cette approche permet, in fine, de fournir au consommateur un produit qui répond réellement à ses besoins. Pour construire et valider ces hypothèses, on utilise généralement le Lean Canvas, qui est un document qui vous permet de formaliser très simplement et en quelques mots la méthode du Lean Startup. Vous pouvez en effet poser vos hypothèses et les problèmes de votre cible, noter en quoi votre solution répond aux besoins de vos clients…

Méthodes agiles : pourquoi et pour quel profils ?

Source image : business-builder.cci.fr

Le Lean Startup peut être utilisé au sein des entreprise traditionnelles qui souhaitent remettre leurs clients au centre de leurs préoccupations et étudier comment elles peuvent s’adapter à leurs usages. Pour les professionnels du marketing, disposer de compétences en Lean Startup fait bien entendu partie des compétences à mettre en avant sur son CV.

Partager cet article
Cpf final 4
Publicité
Map jobibou

Plus de 20 100 offres d'emploi !