Comment négocier son salaire de départ ou son augmentation ?

Par Marie le 20 décembre 2019

Salaire Competences Recrutement Contrat de travail
Partager cet article

Parler d’argent, en France tout du moins, est toujours un peu gênant, voire tabou. C’est un sujet que l’on aborde de mauvaise grâce avec ses amis, qu’il s’agisse d’évoquer son salaire, ou encore le montant de son loyer. Et parler argent avec son patron ou son futur employeur ? C’est tout aussi problématique pour la majorité des Français qui redoutent le moment de la négociation de salaire en entretien d'embauche, ou qui n'osent pas demander une augmentation. Alors pourquoi ces passages obligatoires, et après tout normaux dans une vie professionnelle, sont-ils si compliqués pour la plupart d’entre nous ? Comment s’y prendre pour se sentir à l’aise de réclamer ce qui nous semble être juste ? Explications et conseils. 

Parler argent, parler salaire

Un sujet tabou

En 2012, dans une étude intitulée "Les Français et l’argent", Tns-Sofres révélait que Si l'argent est au cœur des préoccupations des Français, il reste un tabou : si 86% estiment qu'on ne devrait pas en avoir à ce sujet, ils sont 83% à déclarer qu'on a du mal à parler d'argent en France . 

Les raisons de cette réticence à parler de sous ? Elles seraient nombreuses. Le psychothérapeute Jean Beaujouan étudie "L’argent comme objet social" depuis 1978, et il explique notamment ceci : « L’argent est encore en grande partie tabou en France. On n’en parle pas facilement, comme si c’était un objet indécent, ou dangereux, ou même interdit. Je suis étonné de constater par exemple que dans certains couples surendettés, l’un des deux conjoints n’est pas informé de la situation financière dégradée, voire catastrophique, du ménage. » Puis il poursuit, : « Chacun de nous entretient des liens intimes et complexes avec l’argent, liens en partie inconscients, et très chargés émotionnellement. Cette relation avec l’argent est influencée par notre histoire personnelle, par nos croyances, par nos valeurs c’est-à-dire par notre morale, mais aussi par nos désirs et par notre imaginaire. L’argent nous concerne au plus intime de nous-mêmes, c’est une sorte d’explosif émotionnel. » Dans un document intitulé "La relation des individus avec l’argent, éclairages cliniques", le même psychothérapeute fait cette intéressante constatation concernant les Français et le salaire : 

« Les difficultés des personnes à l’égard de l’argent sont multiples. Certains souhaitent gagner plus d’argent, pouvoir demander un salaire ou fixer et recevoir des honoraires, mais s’en sentent peu capables, notamment parce qu’ils se disent très incertains de leur propre valeur.

On imaginerait volontiers que ces personnes souhaitant gagner plus d’argent représentent la grande majorité des participants, mais il n’en est rien. ».  Notre principal frein à la négociation de salaire serait donc lié à un manque de confiance en nous, et à la peur de s’exposer à une réponse négative, et donc humiliante, de notre patron ou futur employeur. Le tabou est donc véritablement ancré, et touche à l’intime de chaque individu. 

Prendre conscience de sa valeur

Peut-être, pour parler plus simplement d’argent, faut-il se débarrasser de ses a priori d’une part, et reprendre confiance en soi d’autre part. "Tout travail mérite salaire". C’est bien ce qu’on dit non ? Alors si on remettait l’argent à sa place ? Si l’on se rappelait qu’avant toute chose, l’argent est un moyen d’échange. Vous travaillez = vous êtes payé. C’est tout ce qu’il y a de plus normal, et dans bien des pays, les Etats-Unis en premier lieu, parler d’argent et parler salaire n’est en aucun cas tabou. Qui plus est, si vous ne vous donnez pas de la valeur, si vous ne mettez pas en avant le salaire que vous pensez mérité, personne ne le fera pour vous ! Prenez donc conscience de votre valeur, et reprenez confiance en vous. 

Négocier son salaire en embauche

Estimer

Avant de vous rendre à votre entretien d’embauche, nous vous invitons à estimer le salaire auquel vous pensez prétendre. Pour cela, vous devrez connaître précisément les attentes de votre employeur pour le poste, vos missions …etc. Pour pourrez ensuite vous renseigner sur les salaires correspondants au poste à pourvoir et à vos compétences. Questionnez votre entourage, ou faites une recherche internet. Les estimations de salaire dans telle ou telle branche ne manquent pas sur le web. Vous les trouverez notamment sur le site de l'Apec. Nous vous conseillons de ne pas sous-estimer vos besoins financiers et en conséquence votre salaire. En effet, des revenus insuffisants pourraient vous conduire à un manque de motivation au travail, et même à une démission. Ne perdez pas votre temps, et demandez donc le salaire que vous pensez mériter.


Source Image : elaee.com

Négocier

Vous avez estimé une fourchette de salaire ? Il vous reste désormais à négocier. Normalement, c’est toujours le futur employeur qui devrait amorcer la question des revenus. Mais s’il ne le fait pas, vous ne devez pas hésiter à lancer le sujet. Après tout, vous êtes là aussi pour gagner votre vie, et il n’y a aucun mal à cela, bien au contraire ! Afin de négocier correctement, vous aurez tout intérêt à :

  • Avoir confiance en vous et en votre valeur, comme vu plus haut.

  • Mettez en avant vos valeurs ajoutées et ce que vous apportez à l’entreprise.

  • Ne pas parler de votre dernier salaire si vous étiez payé moins cher.

  • Ramener vos prétentions à un salaire mensuel si l’offre de salaire annuelle est en dessous de vos prétentions.

  • Négocier en vous engageant sur des objectifs chiffrés et réalistes.

  • Accepter un salaire plus bas à conditions qu’il soit revalorisé sur atteinte d’objectifs (valable surtout pour les jobs commerciaux). 

Evaluer les propositions

Si l’employeur vous fait une proposition de salaire, pensez à évaluer cette offre dans sa globalité avant de la juger trop basse. Il se peut en effet qu’elle contienne des éléments qui n’entrent pas le montant, comme : 

  • Les primes,

  • La mutuelle,

  • Le véhicule de fonction,

  • Le 13ème mois,

  • Les tickets restaurant,

  • Les augmentations éventuelles.

Nous vous invitons à lire ici le conseil de Dimension Commerce : "Chacun des éléments cités ci-dessus ont une véritable valeur. Prenez un exemple très simple : les tickets restaurants. Si l'entreprise vous délivre 22 tickets restaurant/mois d’une valeur faciale de 8 euros, dont 60 % est pris en charge par la société, cela représente un avantage mensuel de : 22 x 8 € x 0,60 = 105,60 euros / mois. Vous bénéficiez donc d’un avantage annuel de : 105,60 € x12 = 1267,20 euros. Soit un peu plus d’un smic. Cumulez plusieurs de ces avantages et au final, vous ne percevrez plus la rémunération annoncée par le recruteur de la même façon."

Négocier une augmentation de salaire 

Dans une infographie des éditions Tissot de 2018 intitulée les Français et l’argent au travail, 71 % des Français déclarent préférer une augmentation de salaire à tout autre avantage, et 89% d’entre eux déclarent qu’une augmentation de salaire augmente leur motivation au travail. 


Source Image : editions-tissot.fr

Vous vous trouvez mal payé ? Vous êtes en poste depuis longtemps, avez fait vos preuves et pensez mériter une augmentation ? Profitez de votre entretien annuel pour la demander. Si vous pensez que tous vos collègues vont saisir ce créneau au vol pour faire la même chose, n’hésitez pas à demander un rendez-vous en cours d’année. Mais avant de passer à la négociation, voici quelques conseils pour être sûr d’avoir gain de cause. 

Préparez vos arguments

Commencez par faire la liste de vos arguments. Exemples :

  • Votre augmentation précédente remonte à longtemps
  • Vous n’avez jamais été augmenté
  • Vous avez pris des responsabilités, vous travaillez plus
  • Vous avez fait une très bonne année, de très bons chiffres

Analysez votre salaire

Soyez honnête avec vous-même :  qu’en est-il de votre salaire actuel ? Pour être au clair, renseignez-vous, si possible, sur ce que gagnent vos collègues pour un poste et un nombre d’heures équivalents. Vous pouvez également consulter les salaires du marché Par rapport aux autres, par rapport au marché. Une fois de plus, vous pouvez vous rendre sur le site de l'Apec et vérifier que votre salaire correspond aux salaires de votre branche et de votre poste. 


Source Image : Francetvinfo.fr

Examinez le contexte

Soyez réaliste et examinez d’abord la santé de l’entreprise pour laquelle vous travaillez. Si vous êtes en poste dans une PME qui bat de l’aile, il va de soi que votre demande d’augmentation sera surement mal accueillie. Si au contraire, vous travaillez pour un gros groupe en plein essor, il semble juste que vous soyez récompensé pour votre participation au succès de l’entreprise.

Restez dans des constats positifs 

Lorsque vous demandez une augmentation de salaire, restez positifs. Dites : « J’ai fait une excellent année en termes de chiffres », « J’ai de nouvelles fonctions et plus de responsabilités »…etc. N’étayez pas votre argumentation de constats négatifs comme « j’ai trop de stress », «je n’ai pas assez de temps pour tout faire », « je travaille trop », « mes tâches sont compliquées ». Cela pourrait faire penser à votre employeur que vous n’êtes pas fait pour le poste et se retourner contre vous. 

Evitez le conflit 

Ne soyez pas vindicatif lorsque vous demandez votre augmentation. Parfois, le stress peut conduire les gens à se montrer peu courtois. Cela ne vous aidera pas. De même, quelle que soit l’issue de la conversation, et même si vous n’avez pas obtenu gain de cause, restez positifs. Vous énerver ne servira à rien, et ne vous permettra pas de revenir gentiment à la charge dans quelques mois… Soyez patient. Si vraiment, l’injustice vous semble trop grande, alors il est peut-être temps de mettre les voiles. Toujours en évitant le conflit !

Vous êtes prêts à prendre le taureau par le corne et à négocier votre salaire comme un pro ? N'oubliez pas, vous seul êtes en mesure de prendre conscience de votre valeur et de convaincre votre employeur ou votre N+1 de cette valeur. Restez positif, gardez le sourire, et lancez-vous ! Au pire, vous négocierez de nouveau plus tard. Qui ne risque rien n'a rien !

Partager cet article

A la recherche d'un job dans le Marketing, la Relation Client et le Digital ?

Guide cpf
Publicité
Map jobibou

Plus de 35 500 offres d'emploi !