Nouvelles techniques de recrutement : à quoi faut-il se préparer ?

Par Mathieu le 15 janvier 2019

Adaptabilité Soft skills Tendances Recrutement Entretien d'embauche Recrutement 2.0 Evolution professionnelle
Partager cet article

Un phénomène de masse pousse les pôles RH à repenser leurs sacro-saintes techniques de recrutement : les Millenials. Ils représenteront l’année prochaine 50% des actifs en France et avec eux : le renouveau, le nerf de la guerre de ces générations en quête de sens qui en appellent toutes au changement. Une tendance de fond impactant directement le monde du travail, et par extension, celui du recrutement. Un domaine qui pose aussi problème à la Silicon Valley, au point même d’avoir déjà fait plier les géants du web il y a quatre ans.

Cette perspective est peu ravissante pour nos entreprises françaises qui, quelle que soit leur taille, rencontrent des difficultés dès qu’il s’agit de trouver et garder des recrues. Pour ces raisons, certains pôles RH ont pris les devants : exit les costumes, place aux jeans, exit les bureaux, place aux restos… et place au cool !

 

Source image : unsplash.com

 

Pourquoi faut-il redéfinir les normes ?

La révolution est en marche

Plongés dans leur quête de sens, attirés par les promesses de liberté et de flexibilité, les Millenials sont désormais nombreux à mettre de côté CDI et plans de carrières pour mieux se focaliser sur l’essentiel : la qualité de vie. À leurs yeux, elle est souvent plus importante que le salaire. Une tendance que l’on peut constater directement sur le terrain, avec d’un côté les salariés qui enchaînent les contrats, et de l’autre les entreprises plombées par un taux de turn-over difficile à contenir.

Aujourd’hui, les aspirations de chaque candidat les amènent à postuler où ils l’entendent. Presque naturellement, les recruteurs se sont donc ouverts à ces profils plus atypiques. Après tout pourquoi pas ? La disruptivité étant au coeur des discours, autant jouer la carte jusqu’au bout. Car oui, entreprise comme candidat, il faut être en mesure de s’adapter et de changer. Une véritable tendance de fond qui nécessite, vous l’aurez compris, de repenser les méthodes de recrutement.

La ruée vers les Soft Skills

Depuis toujours les recruteurs attendent un CV mentionnant la formation, les expériences, les compétences techniques et autres éléments valorisants. Des éléments presque tangibles que l’on appelle dans le milieu les « hard skills », par opposition aux « soft skills », une notion qui se rapporte plutôt aux compétences comportementales du candidat. Les soft skills sont nombreuses et elles rapportent à des compétences très variées. Exemple : l’adaptabilité, la curiosité, le pragmatisme, la proactivité, la patience, l’enthousiasme ou la remise en question… tous ces attributs apportés la personnalité d’un individu qui lui confère une réelle valeur ajoutée.

Les soft skills étant primordiales à la bonne intégration des profils atypiques, il est aujourd’hui impératif pour les entreprises de les prendre en compte, aussi différentes et éloignées soient-elles. Sans cela, les nouvelles recrues risquent de ne pas faire long feu dans l’entreprise, ce qui n’est précisément pas le but de la manoeuvre. Le problème avec les soft skills est double. Elles sont d’un côté compliquées à mettre en avant sur un CV, ce qui les rend par conséquent difficiles à déceler et à évaluer. De l’autre, les techniques de recrutement, en place depuis des années, ne sont pas vraiment optimisées pour la découverte des soft skills. Alors comment faire ? Là dessus les RH n’ont pas dit leur dernier mot.

 

Vera, l'IA recruteur développée par la start-up russe Stafory.

L'IA à la rescousse

Faire passer des centaines, voire des milliers d’entretiens en une journée ? Aucun problème. C’est ce que nous démontre Vera depuis avril 2018, la première assistante RH à faire le buzz dans les médias. Sa particularité ? Vera est une Intelligence Artificielle.

L'idée ici, c’est de faire appel à ses compétences hors-norme lorsqu’une entreprise n’est pas en mesure de traiter humainement le flot massif et continu de candidatures qu’elles reçoivent. Plutôt utile à l’heure où la mission première des RH consiste à dénicher LA perle rare, et à la garder quoiqu’il en coûte. Mais en plus de sa rapidité, Vera à d’autres atouts :

  • Sa patience : l’Intelligence Artificielle se comportera de la même manière avec chacun de ses interlocuteurs. Une patience à toute épreuve, quelle que soit l’heure de la journée, quel que soit le profil du candidat ou de la candidate.

  • Son impartialité : sous réserve d’avoir bien été programmée… pour être impartiale, Vera ne prendra pas en considération certaines informations discriminantes telles que le nom de famille, le sexe ou le lieu d’habitation.

Notez toutefois que Vera n’est présente que pour effectuer un travail de défrichage. Elle a pour unique vocation de faire gagner du temps lors des étapes de présélection. À aucun moment elle n’a le dernier mot, qui lui revient toujours aux RH, aux vrais. L'Oréal, PepsiCo ou encore Ikea, depuis son arrivée Vera a plus ou moins convaincu plus de 300 grandes entreprises de faire appel à ses services. « plus ou moins », car elle a encore du mal à se faire accepter des candidats et recruteurs. Elle peine donc, malgré ses atouts, à se faire une place dans le milieu du recrutement. Un succès partiel, qui nous indique tout de même la voie résolument digitale que vont emprunter les RH de demain.

Des RH inspirés dans leur quête de modernité

Les chatbots

Vous n’avez pas les moyens de l’Oréal, PepsiCo ou Ikea ? Bonne nouvelle  pour les petites entreprises, les chatbots sont une alternative vraiment intéressante. Ils permettent une réponse immédiate et personnalisée pour chaque candidat et peuvent faire gagner un temps précieux aux recruteurs. En plus d’être relativement simple à mettre en place, les chatbots contribuent de manière non négligeable à la valorisation de la marque employeur et s’adaptent à tout type de support. C’est du moins ce qu’affirme Valérie Touraine, fondatrice de JAI :

« Un chatbot qui peut être intégré directement sur le site Carrières du client, sur Facebook dans Messenger et dans les campagnes d’acquisition ou inséré dans les annonces publiées sur les jobboards ».

L'Escape Game

Vous connaissez le principe de l’Escape Game ? Résoudre collectivement une enquête dans un temps imparti. Si le principe relève plus du jeu qu’autre chose, il s’avère être particulièrement révélateur des soft skills de chacun. C’est donc une étape qui a toute sa place dans les nouveaux process de recrutement. Malgré le côté incongru de ce format, il a l’avantage d’être connu des candidats qui l'identifient avant tout comme un loisir. Leadership, écoute, objectivité, gestion du stress… les recruteurs, parfois incognito parmi les candidats, n’ont alors besoin que de quelques minutes pour évaluer les qualités humaines de chacun.

« On détecte toutes sortes de choses qui ne se lisent pas dans un CV. C’est vraiment intéressant ! »

Témoigne ici Roxane Lancry, DRH de Lidl, qui teste la méthode depuis novembre 2016.

 

Source : The Room", un "escape game" à Berlin. David Heerde

L'entretien collectif sportif

Si Décathlon figure régulièrement dans les premiers noms des classements des entreprises préférées des Français, c’est qu’il y a une raison. Et s'il s’agissait de leurs employés, recrutés par entretien sportif ? L’idée ici : confronter des équipes de candidats lors d’épreuves sportives. Les entretiens prennent alors la forme d’un match de basket ou de parcours du combattant spécialement conçus pour révéler la vraie nature de chacun. En exposant ainsi leur esprit d’équipe, leur combativité, leur force mentale aux recruteurs, les candidats se montrent sous un profil différent. Attention toutefois, il n’est en aucun cas question d’évaluer les performances de chacun, mais au contraire, de partir sur un pied d’égalité.

L'entretien sportif individuel

Comme nous venons de l’évoquer, les entretiens d’embauche sportifs permettent de décrypter différemment la personnalité et le potentiel de chacun. Ce format est également adapté pour un entretien à deux. La clé ? Les endorphines, qui viennent se mêler aux échanges pour mieux libérer la parole. Dans ce contexte, les barrières ou les armures sociales tombent et le formalisme reste aux vestiaires. Les informations collectées, et notamment les soft skills, peuvent s’avérer plus riches que celles mises à jour lors d’un entretien dit « normal ». Avec de tels arguments, arriver en entretien en short-baskets pourrait devenir tout à fait normal. 

 

Source : exclusiverh.com

Le van aménagé

Une idée de l’entreprise Kiabi mise en place au cours de l’été 2017, qui consiste à effectuer une tournée des plages en van pour aller à la rencontre des futures recrues. Une fois en place, les candidats étaient invités à rédiger une carte postale de motivation et devaient répondre à huit questions de manière simple et spontanée pour révéler leur personnalité. Si le concept n'a pas été reconduit, il n'en reste pas moins une approche efficace et particulièrement intéressante.

« Au total, nous avons enregistré une soixantaine d’entretiens vidéo et récolté une centaine de cartes postales »

Laetitia Lepoutre, responsable recrutement et sourcing.

Les lieux insolites

L'idée de Kiabi est bonne, mais les rois du recrutement en lieu insolite restent Michel et Augustin, à l’instar de leur fameux appel aux voyageurs du métro en avril 2015.  « Est-ce que quelqu’un connaît quelqu’un qui cherche un job ? », un appel improvisé par la RH dans un wagon du métro parisien, mais dont l’écho s'est répandu bien au-delà, tant la démarche a fait parler d’elle dans les médias. On parle autant ici d’une campagne de communication que d’une opération de recrutement, tant elle apporte au passage un sérieux coup de boost pour la marque employeur. Un aspect non négligeable dans le jeu de séduction des entreprises vers les Millenials.

Les Meetups recruiting

Le mot meetup vient de l’anglais « to meet up », ou en Français « faire connaissance ». C’est un format hérité du jobdating, ces rendez-vous express bien connus, durant lesquels vous devez vous présenter et vous valoriser auprès des recruteurs pour décrocher un deuxième entretien. Lors des meetups de recrutement, pas d’ordre imposé, pas de rencontres prédéfinies, c’est à vous d’aller discuter avec les personnes présentes pour vous faire remarquer. Les meetups sont généralement organisés par spécialités, renseignez-vous sur les événements près de chez vous. N’oubliez pas de prendre plusieurs CV, et surtout, de bosser votre pitch... vous allez en avoir besoin !

Les aspirations des jeunes générations vont devenir la norme de demain. Il est donc impératif pour les recruteurs de s’adapter à ce renouveau démographique et d’innover pour ne pas passer à côté de la perle rare. Il en va de même du côté des candidats, qui doivent impérativement se préparer à de nouvelles techniques de recrutement. Escape Game, Intelligence Artificielle, match de basket, vous voilà prévenus !

Partager cet article

A la recherche d'un job dans le Marketing, la Relation Client et le Digital ?

Bloc cycles diplomant
Publicité
Map jobibou

Plus de 65 300 offres d'emploi !