Quelles solutions pour retrouver un emploi après une période d'inactivité ?

Par Audrey le 13 novembre 2019

Secteur d'avenir Reconversion Montee-en-competences Recherche d'emploi Travailler dans le digital Soft skills Annonces d'emploi
Partager cet article

Que ce soit en raison du chômage, d’un congé sabbatique ou encore d’un congé parental, retrouver un emploi après une période d’inactivité de 3 mois, 6 mois, 1 an ou plus peut s’avérer délicat dans un marché du travail très concurrentiel. Mais c’est loin d’être une mission impossible pour autant ! Techniques pour retourner le « trou » dans votre CV à votre avantage, pistes de reconversion professionnelle, création ou reprise d’entreprise, aides financières possibles : découvrez les meilleures solutions pour réintégrer le marché du travail après une période d’inactivité plus ou moins longue.

La première chose à faire pour retrouver du travail : booster votre confiance en vous

Démotivation, peur de ne plus être employable, perte d’énergie… Qui n’a jamais vu sa confiance en soi s’étioler après une longue période d’inactivité ? Si ce phénomène est tout à fait compréhensible, il n’en doit pas moins être combattu activement dès l’apparition des premiers symptômes : le manque d'assurance peut constituer un frein important à votre recherche d’emploi. Voici donc quelques astuces pour vous aider à retrouver un moral d’acier…

Démystifiez le mythe du CV parfait

Maladie, région fortement touchée par le chômage, motifs familiaux… Il est bien rare qu’un parcours professionnel ne soit ponctué d’aucune période d’inactivité, surtout depuis l’essor des contrats courts (missions d’intérim ou CDD de moins de trois mois).

« Un quart des personnes en contrat court sont au chômage ou en inactivité trois mois plus tard » d’après les statistiques de l’Insee publiées en février 2019.

Bref : ne partez pas du principe que les autres candidats ont forcément un CV plus « accrocheur » que le vôtre. Du moment que vous actualisez régulièrement vos connaissances et que vous parvenez à prouver votre motivation aux recruteurs, vous avez toutes vos chances.

Source : Insee

Conservez une vie sociale

Répondre aux offres d’emploi et envoyer des candidatures spontanées est bien sûr très important pour retrouver du travail mais il est déconseillé d’y consacrer 100% de votre temps. Gare aux répercussions sur votre moral si vous n’entretenez pas un minimum de vie sociale : mieux vaut vous accorder régulièrement des sorties entre amis ou en famille pour libérer votre esprit.

Faites-vous aider !

N’hésitez jamais à demander de l’aide si vous avez du mal à retrouver confiance en vous : vous pouvez notamment trouver du soutien auprès d’un coach personnel, d’un psychologue ou de certaines associations comme Chom’Actif.

Comment transformer le trou dans votre CV en force durant l’entretien d’embauche ?

Ne mentez pas aux recruteurs : essayer de dissimuler totalement ou de raccourcir votre période d’inactivité en « jouant sur les dates » est un pari risqué car ils peuvent facilement vérifier vos affirmations. C’est pourquoi nous vous conseillons plutôt d’expliquer pourquoi vous êtes resté(e) sans emploi de telle date à telle date :

  • sans entrer forcément dans les détails, notamment si vous étiez en congé maladie ;

  • en rassurant les recruteurs sur votre motivation à réintégrer le marché de l’emploi, surtout après un congé sabbatique ou un congé parental ;

  • et surtout en mettant en valeur toutes les activités que vous avez effectuées durant ce laps de temps !

N’hésitez pas à parler de vos voyages, de vos actes de bénévolat dans une association ou encore de vos travaux créatifs pour prouver que vous avez mis à profit votre période "d’inactivité" si mal nommée pour développer vos soft-skills. Sens de l’organisation, esprit d’équipe, empathie, créativité, ouverture d’esprit… Les compétences douces sont de plus en plus appréciées par les recruteurs : il serait dommage de ne pas les mettre en avant.

Source : lapprenti.com

En parallèle, il est aussi très important de leur démontrer votre expertise et votre passion pour votre domaine d’activité : expliquez-leur par exemple que vous avez mis à jour vos compétences en web marketing en suivant telle formation, que vous avez suivi régulièrement les actualités publiées sur tel ou tel site spécialisé etc. 

Avez-vous envisagé de suivre une formation pour retrouver plus facilement un emploi ?

Faire une formation peut s’avérer très utile pour booster votre employabilité. Sachant que cette dernière désigne votre capacité "à trouver et conserver un emploi, à progresser au travail et à s'adapter au changement tout au long de votre vie professionnelle", pour reprendre la définition de l’OIT (Organisation Internationale du Travail).

Faire une formation pour vous remettre à niveau

Dans un monde en perpétuelle évolution, il est essentiel de mettre régulièrement à jour vos connaissances pour rester compétitif sur le marché de l’emploi. Il serait donc pertinent de faire le point sur vos compétences en management, en communication digitale ou autre, de vous renseigner sur les dernières évolutions dans ce domaine et de vous y former pour prouver aux recruteurs que vous êtes directement employable en dépit de ce que votre période d’inactivité pourrait laisser croire…

A noter : une formation courte peut éventuellement suffire si vous estimez avoir seulement besoin de maîtriser les techniques de responsive web design ou encore les grands principes des méthodes agiles. L’essentiel est de bien cerner vos objectifs avant de rechercher votre organisme de formation.

Faire une formation pour donner une nouvelle orientation à votre carrière

Et si vous profitiez de votre période d’inactivité pour vous réorienter dans le digital ? En pleine expansion en France, ce secteur d'avenir y a déjà donné naissance à plusieurs centaines de milliers d'emplois.

Source image : Orange

Et le phénomène ne fait que s’amplifier, de plus en plus d’entreprises partant à la conquête du Web et des réseaux sociaux pour développer leur activité ! Parmi les métiers du digital les plus porteurs figurent notamment ceux :

  • d’UX-designer ;

  • de chef de projet digital ;

  • de rédacteur web ;

  • de community manager (animateur de communauté web) ;

  • de growth hacker (spécialiste de la croissance rapide) ;

  • de social media manager ;

  • de data scientist (expert en analyse de très gros volumes de données). 

Mais ce ne sont quelques exemples parmi d’autres : il existe encore de nombreux autres métiers du numérique ! Prenez le temps de les étudier, de faire un bilan de compétences et de vous renseigner sur les formations recommandées pour décrocher le job qui vous intéresse le plus.

Ci-dessus : quelques salaires bruts dans le webmarketing. Source : leptidigital

Bon à savoir : les formations longues diplômantes comme les E-MBA (niveau Bac + 5) par exemple sont plus adaptées aux reconversions professionnelles que les formations courtes car elles vous permettent de développer une large palette de compétences. Leur durée oscille généralement entre 6 et 18 mois : en optant pour une formation en temps complet, vous acheverez plus rapidement votre cursus mais le temps partiel vous permettrait de travailler en parallèle. Quitte ensuite à postuler à un poste plus intéressant une fois votre diplôme en poche...

Pensez à votre CPF pour financer votre reconversion professionnelle

Contrairement à l’ancien DIF (Droit Individuel à la Formation), qui était strictement réservé aux salariés en poste vous pouvez faire appel à votre CPF (Compte Personnel de Formation) même en étant sans emploi : l’essentiel est d’y avoir cotisé avant le début de votre période d’inactivité. Vous avez un doute sur vos droits CPF ? Aucun souci : il suffit de vous rendre sur https://www.moncompteactivite.gouv.fr pour les consulter.

Retenez aussi que seules certaines formations sont éligibles au CPF : parmi elles figurent notamment celles débouchant sur une certification enregistrée au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles). Ces certifications sont reconnues sur tout le territoire français : pratique pour convaincre les recruteurs…

Et pourquoi pas créer ou reprendre une entreprise ?

Choisir la voie de l’indépendance fait aussi partie des meilleures solutions pour réintégrer le marché du travail, d’autant plus qu’il existe des aides à la création et la reprise d’entreprise ! Seuls impératifs : avoir la fibre entrepreneuriale bien sûr et prendre le temps de bien construire son projet avant de se lancer dans l’aventure. Certes, cela demande un certain nombre de connaissances mais là encore, vous pouvez envisager de suivre une formation : en suivant un cycle spécialisé en entrepreneuriat, vous maîtriserez rapidement le droit des sociétés, la conception du business plan, les techniques de management 2.0 et toutes les autres compétences essentielles pour créer et développer votre entreprise. 

Focus sur les principales aides pour la création d’entreprise 

Parmi les principales aides prévues citons tout d’abord l'Acre (Aide à la Création ou à la Reprise d'une Entreprise) : elle vous permet d’être exonéré d’une partie des charges sociales durant vos premières années d’activité. A noter : ce dispositif s’applique automatiquement à chaque création ou reprise d’entreprise. Pas besoin de faire de demande !

Autre aide intéressante : l’Arce (Aide à la Reprise ou la Création d’entreprise), notamment destinée aux demandeurs d’emploi bénéficiant à la fois de l’ARE (Allocation d’aide au retour à l’emploi) et de l’Acre. Plus concrètement, l’Arce consiste en une aide financière équivalente à 45 % du montant des droits à l'ARE restant à verser au début de l'activité. La demande doit être déposée auprès de Pôle Emploi.

2 derniers conseils pour retrouver plus facilement un emploi

S’il est vrai que la réinsertion professionnelle peut être plus délicate après une période d’inactivité professionnelle, gardez courage : en montrant que vous avez soigneusement préparé votre retour dans le monde du travail, vous parviendrez sûrement à atteindre vos objectifs ! Pour maximiser vos chances de retenir rapidement l’attention d’un recruteur nous vous conseillons également de :

  • ne négliger aucune piste pour votre recherche de travail. Répondre aux annonces d’emploi, c’est déjà très bien mais pensez aussi aux candidatures spontanées et à vous créer un profil sur les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ou Viadeo par exemple ;

  • ne pas hésiter à appeler l’entreprise ou mieux encore à vous rendre directement dans ses locaux pour vérifier que votre CV est bien arrivé à bon port. Peu de candidats osent le faire : pourtant, c’est une bonne occasion de vous présenter sous votre meilleur jour et de manifester votre motivation pour le poste. Cela peut faire la différence !

Partager cet article

A la recherche d'un job dans le Marketing, la Relation Client et le Digital ?

Guide cpf
Publicité
Map jobibou

Plus de 41 100 offres d'emploi !