Recherche d'emploi en temps de crise : comment rester positif malgré les refus ?

Par Valentine le 21 septembre 2020

Recrutement Entretien d'embauche Bonnes pratiques Candidatures Cv Recherche d'emploi Offre d'emploi
Partager cet article

La recherche d’emploi peut s’avérer être un long parcours semé d’embuches. Et c’est d’autant plus vrai en période de crise économique. Face à un ou plusieurs refus, il peut être difficile de rester positif. Pourtant, il ne faut pas se décourager. Plus vous resterez motivé.e et positif.ve, plus votre recherche sera efficace. Ce sera également une qualité remarquée par les recruteur.euse.s. Qu’il s’agisse de votre dynamique générale ou suite à un refus, comment éviter les coups de mou et garder une positivité à toute épreuve ? Nos conseils en 8 points :) 

 

En amont : une attitude positive tout au long de sa recherche

1. Se créer un mindset positif 

Méthode Coué, affirmations positives… Ce n’est pas nouveau, penser positif passe tout d’abord par l'auto-persuasion. En effet, beaucoup de nos émotions sont contrôlées par notre esprit, y compris les émotions agréables. Pour cela, il convient de vous concentrer sur les aspects positifs. Par exemple, vous pouvez commencer par lister vos points forts et vos qualités humaines. Cet exercice vous permettra non seulement de favoriser le développement d'émotions positives sur vous-même mais aussi sera d’une grande aide au moment de la rédaction de vos lettres de motivation. 

Ce processus vous permettra de vous valoriser en tant que personne et que candidat, et ainsi booster votre confiance en vous tout au long de votre recherche d’emploi :)

 

2. Organiser sa recherche et créer une routine

Une fois dans le bon état d’esprit, vous devrez vous organiser. Et ce, avant même d’entamer le processus de recherche. L’organisation étant le maître mot d’une recherche d’emploi réussie. Que vous soyez plutôt emploi du temps ou rétro-planning, il est important de hiérarchiser et organiser vos tâches. Pour ce faire, commencez par les lister : mise à jour du CV, épluchage des offres, rédaction de lettres de motivation, profil LinkedIn etc. Tout doit être sur votre liste. Une fois celle-ci établie, à vous de les classer dans un ordre cohérent. 

La routine quotidienne est également importante. D’une part, pour garder un rythme cohérent avec celui que vous aurez en étant salarié, d’autre part pour structurer vos journées et garder le moral.

 

3. Définir des objectifs clairs et réalisables 

Pour construire votre routine, il vous faudra définir des objectifs concrets.  En effet, en vous créant une routine avec des objectifs réalisables que vous pourrez cocher en fin de journée, vous vous sentirez efficace et cela jouera sur votre positivité. C’est aussi une façon de couper votre journée entre la recherche d’emploi et votre soirée consacrée aux loisirs, sans vous polluer l’esprit. Entre plusieurs tâches, n’oubliez pas les temps de pause, ils sont indispensables à votre bien-être. 

Ainsi, pensez à lister vos objectifs en début de chaque semaine, qu’il s’agisse d’un déjeuner avec un ancien collègue ou la rédaction de X lettres de motivations. Quel que soit leur nature, ces objectifs réalisables vous feront sentir productifs tout au long du processus de recherche. 

 

 

4. Se sociabiliser, networker, s’entourer

La recherche d’emploi peut parfois s’avérer longue et solitaire, surtout si votre entourage est déjà en poste ou occupé à d’autres activités. Rencontrer des personnes dans la même situation que vous et échanger avec elles peut vous aider à garder le moral ! Sachez qu’il existe des organisations ad hoc, comme les clubs pour l’emploi. Au sein de ces associations, vous pourrez trouver des conseils pour votre recherche, mais aussi du soutien et pourquoi pas des amitiés nouvelles ? Si cela vous intéresse, vous pouvez vous tourner vers des plateformes et sites de réseautage, les alumni de votre école, ou même votre bibliothèque locale. 

Votre sociabilisation peut également faire partie intégrante de votre recherche d’emploi. En effet, le networking (réseautage, en français), est d’autant plus efficace lorsqu’il se passe IRL (In real life, en personne donc). Bien que vous puissiez le faire en ligne, le contact physique demeure irremplaçable.

N’hésitez pas à faire savoir à votre entourage que vous êtes actuellement en recherche d’emploi. Famille, amis, collègues, anciens clients, etc. Toutes ces personnes pourraient vous parler de pistes dont vous n’auriez pas eu vent autrement. Si vous n’êtes pas à l’aise avec cette idée, sachez que la recherche d’emploi n’est pas une honte, et que tout le monde est passé par là. Alors voyez votre entourage comme des alliés. 

 

Rebondir après un refus : les bons réflexes à adopter

1. Prendre le temps d’accepter le/les refus

Ca y est, vous avez décroché le sacro-saint entretien. Vous vous êtes préparé, avez soigné votre tenue, vous étiez renseigné sur l’entreprise. Malheureusement, le poste a été donné à un.e autre candidat.e pour X raison. Vous êtes très déçu.e, et c’est votre droit. Alors laissez-vous exprimer vos émotions : pleurer, s’énerver, manger, faire du sport, danser, etc. Il existe de nombreuses manières d’évacuer sa frustration, alors ne vous en privez pas ! Prendre le temps de digérer une mauvaise nouvelle sera un atout pour la suite, vous aborderez les prochaines candidatures de façon beaucoup plus sereine. 

Il est tout à fait normal et légitime d’avoir des émotions négatives, rappelez-vous seulement qu’il convient de les exprimer dans votre sphère privée. Épargnez donc les recruteur.euse.s, en évitant de passer vos nerfs sur vos interlocuteurs. Il se pourrait qu’un autre poste se libère prochainement, alors gardez des relations cordiales qui pourraient vous être utiles :)

 

2. Garder un contact agréable avec les recruteurs

Qu’il y ait eu un entretien ou non, il se peut que vous receviez malheureusement une réponse négative à votre candidature. Bien que vous soyez déçu.e de voir le poste de vos rêves vous passer sous les yeux, pensez à remercier les recruteur.euse.s pour le temps qu'ils vont ont accordé. Selon la façon dont vous communiquez ensemble habituellement, un petit mot bienveillant de votre part par email, téléphone ou courrier sera le bienvenu ! 

Ce geste témoignera de votre reconnaissance mais aussi de votre maturité en montrant votre volonté de rester en bon termes ! 

Ce mot de remerciement sera également l’occasion de lui dire que vous avez apprécié apprendre à connaître l’entreprise, et que vous serez enthousiaste à l’idée d’un futur recrutement s’il ou elle conservait votre CV. Attention cependant à trouver le juste équilibre. L’objectif étant de montrer votre motivation, pas de vous montrer trop insistant ou désespéré.  

Finissez votre échange en souhaitant bonne chance à l’entreprise dans son processus de recrutement. Il pourrait penser à vous très prochainement. En effet, près d’un tiers des CDI serait rompu au cours de la première année ;) Il pourrait aussi s’agir d’une ouverture de poste dans un futur proche ou même un désistement du candidat choisi. 

 

3. Tenter d’identifier les causes du refus

Sans entrer dans la paranoïa, une petite analyse de vos échanges avec le ou la recruteur.euse ou de la nature de votre candidature pourrait vous aider à comprendre ce refus. Si vous ne comprenez toujours pas ou que le ou la recruteur.euse n’a pas donné de réelle explication à son choix, vous pouvez tout à fait l’interroger à ce propos. En effet, il n’est pas mal vu de demander au recruteur.euse un retour sur votre candidature. 

A partir de sa réponse, vous aurez une meilleure compréhension de vos éventuelles erreurs. Cet échange sera également l’occasion de recueillir quelques conseils pour vous améliorer :) 

Le but n’étant pas de culpabiliser en vous disant “j’aurais dû…” mais au contraire, de voire cette expérience comme un moment constructif. Il ne s’agit pas d’un échec, mais seulement d’un moment pour réfléchir à votre façon de faire. 

De plus, aborder ainsi le sujet du refus en posant les bonnes questions vous présentera comme un collaborateur potentiel et capable d’esprit d’équipe auprès de l’entreprise à laquelle vous avez postulé. Encore une fois, le processus de recherche d’emploi se joue au-delà de la candidature et vous laisserez un souvenir positif au recruteur.euse. 

 

4. Alimenter régulièrement son carnet d’adresses 

Au fur et à mesure que vous postulez à des offres et/ou passez des entretiens, malgré d’éventuels refus, voyez ça comme une opportunité pour rencontrer de nouvelles personnes, dans un domaine qui vous intéresse. A l’issue de vos échanges avec un.e recruteur.euse, vous pouvez par exemple lui envoyer une invitation sur LinkedIn, d’autant plus si ces derniers ont été cordiaux et de qualité. 

De plus, au cours du processus de recrutement, il se peut que votre interlocuteur.trice ait laissé sous-entendre que d’autres opportunités pourraient se présenter. Il pourrait s’agir d’une ouverture de poste à venir, de missions ponctuelles, voire d’autres types de postes qui pourraient convenir à votre profil. Quoiqu’il en soit, il s’agit d’un levier que vous pourrez faire jouer à l’avenir. 

Ainsi, vous pourrez lui envoyer un email quelques temps après pour lui demander ce qu’il en est et pourquoi pas proposer une entrevue :) 

Enfin, il se peut que vous soyez refusé.e à cause d'un manque d’expérience. Le cas échéant, gardez bien au chaud ce contact ! Une fois que vous aurez acquis de nouvelles compétences (par le biais d’une expérience ou d’une formation), il sera temps de le recontacter pour lui en faire part et re-postuler. Continuez de suivre l’actualité de l’entreprise et de son secteur d’activité pendant ce temps de construction personnelle et professionnelle. Vous montrerez ainsi votre forte motivation et votre passion pour un domaine en particulier, qui pourrait largement contrebalancer votre possible manque d’expérience. 

Pro-tip : pour booster vos compétences humaines et professionnelles et surmontef un éventuel manque d’assurance, il existe des formations appropriées. Certaines d’entre elles sont éligibles au CPF. Vous pourrez ainsi booster votre leadership, votre capacité à travailler en équipe ou prendre la parole en public. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de nos conseillers

 

Après lecture de cet article, vous avez maintenant toutes les clés en main pour rester positif.ve et tirer bénéfice d’éventuels refus lors de votre recherche d’emploi. Evidemment, il s’agit bien souvent d’un processus long et fastidieux. Mais il est à la portée de tous, et il portera très rapidement ses fruits grâce à votre positivité à toute épreuve ! 

Partager cet article
Guide cpf
Publicité
Map jobibou

Plus de 16 700 offres d'emploi !