Entretien groupé : les bonnes attitudes à avoir le jour J

Par Julie le 10 septembre 2019

Adaptabilite Recrutement Entretien d'embauche Bonnes pratiques
Partager cet article

Vous avez envoyé votre candidature pour le job de vos rêves et bonne nouvelle, vous êtes convié à venir passer un entretien. Oui mais voilà, celui-ci sera... collectif !
Et puisque nous y sommes peu habitués, cette épreuve peut s’avérer difficile et plus stressante qu’un entretien classique.

Pourtant, de plus en plus d’entreprises le pratiquent. D’abord pour gagner du temps mais aussi pour évaluer plus facilement les soft skills des candidats potentiels. En effet, rien de mieux que de voir évoluer une personne dans un groupe pour s’assurer de ses capacités d’écoute, d’empathie ou de prise de décisions.

Jobibou vous propose un tour d’horizon des conseils clés et des pièges à éviter pour réussir cet exercice périlleux avec brio !

Un intérêt pour les recruteurs mais aussi pour vous !

Au premier abord, l’entretien collectif peut s’avérer plus difficile qu’un entretien individuel où les règles du jeu sont connues de tous : explication du poste et du profil recherché par le recruteur, présentation de votre parcours puis phase de questions - réponses. Même si c’est rarement une partie de plaisir, au moins l’on sait à quoi s’attendre.

L’entretien collectif, quant à lui, peut prendre différentes formes et dépend aussi et surtout des personnes qui seront à vos côtés.
Il existe différents types d’entretiens collectifs dont les objectifs se sont pas forcément les mêmes. Pour certains, les candidats présents postulent pour la même offre d’emploi. En règle générale, il y a alors une dizaine de personnes présentes. Pour d’autres, plusieurs offres sont à pourvoir et c’est alors quinze à vingt candidats qui sont mélangés pour procéder à l’entretien.

Selon ManPower, les entretiens collectifs sont souvent utilisés "pour des postes qui demandent des compétences relationnelles ou de travail en équipe".

Le secteur de la grande distribution est l’un de ceux qui utilise le plus les entretiens collectifs, notamment pour des postes de commerciaux ou de responsables marketing.  

Si le gain de temps peut paraître l’argument central pour faire passer des entretiens en groupe, la raison principale est aussi et surtout d’avoir l’occasion de voir évoluer le candidat au sein d’un groupe. Il se retrouve alors dans une situation très concrète, idéale pour évaluer ses soft skills et la manière dont il se comporte au sein d’une équipe.

Côté candidat aussi le gain de temps est un argument puisqu’il permet souvent d’avoir un feedback plus rapidement que dans un processus de recrutement classique. En effet, il permet une sélection plus rapide des profils rencontrés. C’est aussi une occasion rêvée de montrer votre capacité à traiter un sujet donné dans un temps limité tout en démontrant votre capacité à vous adapter à une équipe que vous ne connaissez pas.

Aussi, inutile de se mentir, les recruteurs savent à quel point l’entretien de groupe peut ajouter une pression supplémentaire déjà bien présente chez un candidat qui vient passer un entretien. Vous mettre dans une situation de stress est aussi un avantage pour le recruteur qui pourra évaluer vos réactions en direct.

Source : Blog.formersesalaries.com 

Les conseils pour bien le préparer

Concrètement, comment se déroule généralement un entretien en groupe ? S’il consiste, pour les recruteurs, à évaluer plusieurs candidats de façon simultanée, pour vous candidat, il s’agira souvent de répondre à une étude de cas relative à une problématique liée au poste. Pour cela, vous disposerez d’un laps de temps défini (en général une heure) et devrez le faire....en groupe !

En effet, tout l’intérêt pour les recruteurs est de constater comment vous allez mettre vos compétences en commun pour parvenir à développer une vision partagée sur la meilleure façon de résoudre le problème posé.
D’ailleurs, les responsables des ressources humaines présents s’attacheront davantage à la manière dont vous avez réussi à partager avec le reste de l’équipe que véritablement au résultat obtenu.

Dans le détail, voilà comment cela devrait se passer.

  • Étape 1 : les responsables du recrutement vous demanderont de vous présenter à tour de rôle et vous exposeront le sujet à traiter, l’organisation des équipes et le temps alloué pour la réflexion et pour la restitution. Généralement, ce sont deux équipes qui s’opposent.

  • Étape 2 : un temps est donné aux candidats pour étudier individuellement les éventuels documents transmis pour aider à la réflexion.

  • Étape 3 : c’est le moment d’échanger en groupe : mutualisation des informations récoltées, échanges et réflexion commune sur la vision du problème.

  • Étape 4 : c’est le moment de travailler, toujours en groupe ! Les éléments de la réflexion doivent être mis en commun pour élaborer la proposition. Il s’agit là de se répartir les tâches équitablement et de collaborer sur les différentes choses à réaliser.

  • Etape 5 : le groupe se répartit la parole pour présenter sa proposition.

Enfin, cela se termine souvent par un bref échange dans lequel les recruteurs cherchent à challenger les propositions des candidats.

Les pièges à éviter le jour J

Le principal piège de l’entretien collectif est celui de vouloir se démarquer à tout prix. Mais comment se démarquer sans trop en faire ? Comment se mettre en avant sans donner le sentiment de vouloir écraser tout le monde ? Bref, comment éviter le piège de l’entretien collectif qui se transforme en pugilat ?

Une règle simple à bien garder en tête : se mettre en avant ne signifie pas donner des ordres à tout va, ni monopoliser l’attention.  

En effet, même pour un poste de manager, il est important pour les recruteurs de voir que vous savez mettre la main à la pâte, tout en étant force de proposition. A l’inverse, ne vous effacez pas sous prétexte d’être à l’écoute. Au contraire, appuyez vous sur les réflexions des autres participants pour les creuser, les enrichir et leur donner vie.

Se démarquer c’est aussi et surtout être pertinent dans votre comportement et vos points de vue. Il ne s’agit donc pas de contre-argumenter chacun des propos de vos “adversaires” mais bel et bien d’être à l’écoute et ouvert au débat, tout en gardant à l’esprit que c’est avant tout la pertinence de vos propos qui vous aidera à vous démarquer.

Tout comme dans votre vie professionnelle, vous risquez de tomber sur des personnes avec qui le courant pourrait ne pas passer. Mais, tout comme dans la vie professionnelle, vous devrez faire preuve de diplomatie et mettre à l’oeuvre votre adaptabilité. Ne tombez pas dans le piège du combat où vous souhaitez sortir vainqueur à tout prix.

Quelques comportements clés

Comme pour tout entretien, la phase préparatoire est primordiale. Ne la négligez pas sous prétexte que vous pourriez avoir des documents pour vous aider dans l’étude de cas.
Avoir cherché des informations en amont sur le secteur, les tendances et les évolutions du marché vous donnera une longueur d’avance non négligeable sur vos concurrents et vous permettra de rebondir plus facilement sur tout ce qui pourra être dit lors des échanges. Aussi, bien connaître la fiche de poste vous aidera à mieux comprendre ce que l’on attendra de vous et quelles seront les qualités que vous devrez mettre en avant.

N’hésitez pas à vous servir de LinkedIn pour contacter des salariés et obtenir des informations plus concrètes sur l’entreprise et les profils recherchés.

Pour préparer l’entretien, pensez également à la méthode STAR (Situation - Tâche - Action - Résultat). Basée sur vos compétences, elle vous permettra de les présenter de façon concrète.

Source : Partnership International  

Vous devez aussi montrer que vous avez un avis, des convictions, que vous êtes capables de transmettre tout en écoutant et prenant en compte les critiques éventuelles.

Aussi, faites attention à votre langage corporel. En effet, 80% de la communication passe par la communication non verbale autrement dit votre attitude générale et l’ensemble de vos gestes et autres petits tics nerveux.

Source image : entreprendre.fr 

De même, veillez à parler de manière intelligible : suffisamment fort pour être entendu par tous mais sans crier non plus.
Pour parvenir à sortir du lot, appuyez-vous sur les forces du groupe avec qui vous devez travailler. Cela peut paraître paradoxal mais en parvenant à identifier les points forts et les points faibles de vos concurrents vous démontrerez aussi votre capacité à manager et à fédérer une équipe autour de vous. Or, un recruteur sait mieux que quiconque qu’il est tout aussi important de savoir reconnaître et s’entourer de personnes compétentes que de l’être soi-même.

Dans un article pour cadre emploi, Manuelle Malot, directrice carrières à l’Edhec, distingue différents types de profils.

  • Le gouverneur : c’est celui qui prend spontanément les manettes de l’opération puis tente de déléguer les autres rôles.

  • L'expert : il parle moins, fait preuve d’esprit critique et a tendance à imposer ses arguments.

  • Le silencieux : il prend peu ou pas la parole. Difficile de savoir s’il est gêné, se sent incompétent ou se désintéresse simplement de la situation.

  • Le profiteur : il profite des contributions des autres pour se remettre au centre, en gros, il reformule et centralise.

  • Le sage : il fait appel à son expérience pour apporter sa pierre au débat.

Difficile de savoir qui aura la préférence du recruteur car tous peuvent avoir un rôle à jouer dans une équipe, en fonction du profil recherché et du type de poste.
Cela implique forcément de la jouer collectif et d’éviter de faire cavalier seul. Par exemple, le temps de parole lors de la restitution doit être équitablement réparti pour éviter que l’un des candidats ne monopolise l’attention.

Gardez en tête que dans ce type d’entretien, vous êtes davantage attendus sur vos compétences personnelles que professionnelles !

Dans la mesure du possible, et surtout si vous êtes bien préparé, essayez de prendre la parole en premier car cela montrera de votre part une bonne prise d’initiatives et vous permettra aussi d’amener plus rapidement le reste du groupe là où bon vous semble. Puis rapidement, demandez aux autres ce qu’ils en pensent en les laissant s’exprimer sans couper la parole à quiconque.

Une fois l’entretien collectif terminé, il est possible qu’un ou plusieurs recruteurs vous rencontrent individuellement pour obtenir votre feedback. Il pourra par exemple vous demander comment vous avez vécu l’entretien, ce qui vous a semblé facile ou difficile ou ce que vous changeriez si vous aviez la possibilité de recommencer.

A ce moment là, soyez honnêtes et ne cherchez pas à dire que tout a été parfait. De même, ne portez pas de jugement sur les autres candidats en leur reprochant par exemple d’avoir dit ou fait ceci ou cela.
Enfin, quel que soit le résultat de l’entretien, pensez à envoyer un mail de remerciement à vos interlocuteurs pour vous avoir reçu, en intégrant par exemple des formulations comme : "J'ai beaucoup apprécié la présentation de votre entreprise, je reste très intéressé par votre activité. Je vous renouvelle mon intérêt pour une collaboration future...".

Une bonne manière de terminer sur une note positive et professionnelle !

Partager cet article

A la recherche d'un job dans le Marketing, la Relation Client et le Digital ?

Guide cpf
Publicité
Map jobibou

Plus de 228 200 offres d'emploi !