Travail collaboratif : comment trouver sa place dans les ateliers de créativité ? 

Par Solenne le 02 avril 2019

Savoir-faire Savoir-être Environnement travail Bien être travail
Partager cet article

Difficile de passer à côté : l’heure est à la collaboration dans le monde des entreprises ! Et le secteur de la communication n’y échappe pas, bien au contraire : agences, annonceurs… tout semble amener vers plus de transversalité et de coopération pour des partenariats forts entre tous les acteurs pour se mettre définitivement au service du consommateur. 

Travail collaboratif : comment trouver sa place dans les ateliers de créativité ? 

Source : Harvard Business Review, Août Septembre 2018

Sessions de créativité, brainstorming, workshops… ils répondent à des noms différents mais ont en commun un point : faire ressortir des idées originales en activant la force du collectif. Que ce soit à des fins d’innovation, de stratégies de communication ou de dispositifs médias. 

Une méthodologie qui est perçue positivement par les Français. La moitié d’entre eux souhaitent en effet voir les entreprises adapter leurs façons de travailler pour “favoriser les usages” mais aussi “rendre plus intuitif l’usage avec le design thinking” ou encore “renforcer les ponts entre le monde professionnel et celui des particuliers”. 

En d’autres mots ? Voilà une méthode qui répond en tout point aux enjeux rencontrés par les annonceurs : communiquer de façon plus juste, plus personnelle en cherchant à créer du sens pour des marques utiles et pérennes.  

Ateliers de créativité… Mais de quoi parlons-nous exactement ? 

Le design thinking est à la base une méthode largement utilisée en UX. L’objectif étant de résoudre des problèmes, en proposant des solutions originales, créatives et mémorables, qui auront du sens. Vous pouvez d’ailleurs retrouver ici un article sur le sujet.

Mais plus qu’une méthode, il s’agit pour les salariés avant tout d’un état d’esprit. 

 

Travail collaboratif : comment trouver sa place dans les ateliers de créativité ? 

Source : Ipsos, La culture de la collaboration, 2018. Etude à retrouver ici.

Cependant, si le collectif prend tout son sens, il n’empêche qu’en tant que salarié, il est essentiel de trouver sa place. Pour rester motivé, se sentir impliqué et valorisé dans son travail, sans jamais s’effacer. 

Alors comment optimiser ces sessions pour à la fois favoriser l’esprit et l’engouement de l’équipe sans pour autant négliger les individus ? Comment permettre à chaque salarié d’être acteur de ces échanges collectifs et de trouver une place propre à chacun, qui fait sens ? Comment transmettre un état d’esprit propre à l’entreprise pour mobiliser encore plus les collaborateurs ? 

Alors, prenons le temps de faire le point sur les conditions de réussite du travail collaboratif.

Tout d’abord, bien se connaitre. 

Pour bien vivre une session de créativité, il ne faut pas nécessairement partir du principe que vous allez trouver l’idée que tout le monde attend. Loin de chercher à tout prix une solution, vous avez été en fait sollicité pour une expertise, une connaissance. 

Peu importe qui aura donc l’idée. Ce qui compte c’est votre capacité à rebondir, à réagir et à l’emmener plus loin en fonction de vos compétences. 

A vous donc d’identifier et de comprendre pourquoi vous avez été demandé. Vous pouvez, si ce n’est pas clair, le demander plus franchement à l’organisateur les raisons qui l’ont poussé à vous identifier. 

Et partagez-le : cela permettra à tout le monde de vous identifier et de vous mobiliser correctement pendant toute la session de travail collaboratif. Il s’agit d’ailleurs d’un des moments clés de ces sessions : la phase de présentation où chacun se rassemble et explique des attentes et son (ou ses) domaine(s) d’expertise.

Découvrir un nouvel environnement de travail, à chaque fois.

Bonne nouvelle : vous voilà dans une nouvelle situation, sans subordonné ni subordonnant. Vous êtes en effet dans un projet déconnecté de votre rythme quotidien, de votre environnement. 

Autre univers donc, avec de nouvelles règles du jeu. A vous de les découvrir. Soyez attentif au “maître de cérémonie” et n’hésitez pas à bien écouter les consignes pour tous les exercices. Posez toutes les questions nécessaires pour être sûr à chaque fois de bien comprendre l’attendu et d’être le plus performant. 

Favorisez des interactions ludiques, sans rapport hiérarchique et donc de façon plus décomplexée.

Prenez également le temps de faire plus ample connaissance avec les membres du sous-groupe avec qui vous allez travailler chaque exercice.

Au-delà de créer un environnement convivial où chacun s’appelle par son prénom, l’objectif est surtout de vous faire une idée des tempéraments, des forces et des faiblesse des personnes avec qui vous allez travailler pendant une journée, une semaine. Pourquoi sont-elles là ? Que leur a-t-on dit du projet ? S’expriment-elles facilement ? Ont-elles un sujet de prédilection ? Qu’aiment-elles faire ?

Avec un bon animateur, vous devriez pouvoir profiter des petits “exercices de chauffe” pour comprendre tout ça et vous aider à dessiner un premier cadre. 

Apprendre à gérer sa frustration. 

Votre petit groupe a travaillé d’arrache pied : vous tenez quelque chose ! Pourtant, au moment de partager avec les autres protagonistes, vous détectez des critiques voire de l’indifférence. Que s’est-il passé ? 

Les sessions de créativité alternent entre des étapes de divergence et de convergence. Pour bien vivre ce moment de sélection - où votre idée passera peut être à la trappe - il faut alors réussir à remettre un peu de distance. Qu’aimez vous particulièrement là dedans ? Comment pouvez le réinjecter dans une autre proposition ? 

Pour vivre sereinement ces sessions, il est donc préférable de rester positif et de ne pas voir des attaques personnelles à tout va. Au risque de se décourager et de finir par traîner les pieds. 

Penser utilisateur et consommateur.

Revenons sur un des fondamentaux de la démarche de design thinking. Nous ne sommes pas là - uniquement - pour nous amuser. L’objectif est bel et bien de répondre à une problématique identifiée du côté du consommateur. Vous pourrez ainsi briller et surtout prendre du plaisir dans ce type de collaboration par vos aptitudes d’empathie. 

Etre enthousiaste et à l'affût. 

Ne nous voilons pas la face : les sessions de créativité, loin d’être des pauses récréatives, sont vite éreintantes. Il s’agit en effet pour tous les participants d’être attentionnés à chaque instant et de voir des opportunités partout. Trouver toute idée intéressante. C’est un état d’esprit qui peut être bon à travailler. Pour garder de l’énergie positive et participer à la construction et l’élaboration d’idées innovantes, tournées vers l’avenir.

Pour conclure ?

Vous l’aurez compris : l’effervescence collective est un levier intéressant et largement mobilisé par les entreprises aujourd’hui. A condition de ne pas oublier les individualités, elle permet en effet d’aller plus loin et de décupler les potentiels de chacun. Elle nécessite cependant une vigilance de la part des entreprises : pour que chacun trouve sa place et dispose de suffisamment de temps pour dessiner un cadre clair, propice à encore plus de créativité. 

 

 

Partager cet article
Cpf final 4
Publicité
Map jobibou

Plus de 19 600 offres d'emploi !