Partager cet article

Vous êtes dans votre entreprise depuis un certains temps et la période des évaluations individuelles approche. Vous avez atteint la grande majorité de vos objectifs et vous pensez mériter une augmentation. Oui, mais voilà, parler d’argent au travail vous paralyse et vous avez l’impression d’être incapable de négocier une augmentation.

Aussi, vous vous demandez quel est le moment le plus propice ? Combien demander pour que ce soit à la fois réalisable et significatif pour vous ? Comment la justifier auprès de votre supérieur et surtout, que faire s’il la refuse ? Rassurez, parler d'argent et obtenir une augmentation, c'est possible. Voici quelques conseils avisés pour mener à bien votre négociation sans vous griller auprès de votre manager.

Pour obtenir une augmentation, il faut commencer par la demander.

La règle d’or pour avoir une augmentation, c’est d’abord de la demander ! En effet, rares sont les managers qui accordent des augmentations sans que les salariés n’aient demandé quoi que ce soit ! Sachez qu’il n’y a pas de honte à demander une augmentation. C’est un droit tout à fait légitime pour qui remplit ses objectifs et est performant dans son travail.

Un bon manager doit d’ailleurs s’attendre à ce que les membres de son équipe viennent le voir au moins une fois par an pour renégocier leur salaire ou obtenir prime et autres avantages. En même temps, il est contraint par des objectifs de rentabilité et moins vous lui coûtez cher, mieux il se porte. En général, c’est la raison principale pour laquelle il ne vient pas vous voir pour vous proposer une augmentation de son propre chef et qu’il attend sagement que vous en fassiez la demande...ou pas. 

L’étape clé pour obtenir une augmentation, c’est donc, d’abord, de la demander ! Mais avant de vous lancer à corps perdu dans cette quête, il va falloir vous préparer.

Pourquoi voulez-vous une augmentation ?

Vous devez vous posez cette question car elle va vous permettre de préparer vos arguments !
Certes, vous adorez votre job et vous sentez qu’il vous permet de monter en compétences dans un environnement stimulant et une ambiance bienveillante. Vous n’êtes donc pas loin du job idéal ! Oui, mais soyons honnête, le salaire est un aspect qui pèse lourd dans la balance et qui est même déterminant pour votre motivation.

Difficile de rester objectif et motivé tous les matins quand l’on considère que son salaire n’est pas à la hauteur de son investissement.

Un salaire satisfaisant prendra tout son sens lors de journées difficiles et dans les périodes de fortes activités car c’est là qu’il sera une véritable source de motivation, bien plus que la café gratuit ou les déjeuners entre collègues. La rémunération fait d'ailleurs partie du top 4 des raisons pour lesquelles un salarié serait prêt à quitter son emploi

Source image : Pinterest 

Ceci dit, pour obtenir une augmentation, il ne suffit pas d’en avoir envie ou besoin ! Il faut la demander au bon moment et surtout, pouvoir la justifier.  

Quel est le bon moment pour demander une augmentation ?

Une augmentation ne se demande pas à n’importe quel moment. Il ne s’agit pas de vous réveiller un matin en considérant que votre salaire est trop bas et en souhaitant l'obtenir dès le lendemain. En règle générale, il faut être salarié au sein de l’entreprise depuis au moins un an. En effet, vous pouvez alors dresser un bilan objectif de vos réalisations, de vos réussites et des objectifs que vous avez atteint. Autant d’éléments qui vous permettront de dresser un argumentaire en béton.

L’entretien annuel est souvent la période que l’on pense idéale pour négocier une augmentation mais sachez que cela n’est pas toujours vrai. En effet, la date des entretiens individuels peut mal tomber en fonction de votre date d’arrivée dans l’entreprise. Si la date est fixée trois ou quatre mois après votre arrivée, il sera difficile de demander une augmentation alors que vous êtes potentiellement encore en période d’essai. Aussi, si vous attendez la suivante, cela vous fera passer près d’une année et demi à votre poste sans pouvoir en obtenir une. 

De même, pensez au fait que la période des entretiens annuels est justement celles où tous vos collègues vont tenter de négocier une augmentation et votre manager va donc forcément devoir faire des arbitrages, soit en accordant des augmentations moins importantes, soit en devant dire non à certains d’entre vous.

L’entretien annuel est avant tout l’occasion de faire le point sur l’année écoulée et donc le moment idéal pour vanter vos mérites et mettre en avant vos réussites, votre montée en compétences et votre motivation. En revanche, il n’y a pas de moment clé pour frapper à la porte de votre manager pour lui demander une augmentation si ce n’est le bon timing !

Profitez par exemple des bonnes nouvelles commerciales comme l’acquisition d’un nouveau client, l’annonce de bons résultats financiers ou pourquoi pas le départ d’un collaborateur pour négocier.

L’annonce d’une promotion est également un excellente moment pour demander une augmentation. En effet, un nouveau poste implique forcément plus de responsabilités et mérite donc une augmentation de salaire en conséquence.

Quel montant demander ?

Si ce point est crucial il est parfois difficile à calculer. Sur quels critères se baser pour rester réaliste tout en ayant une augmentation qui reste significative ?
La première chose à faire est de se renseigner sur les salaires du marché à un poste équivalent au vôtre. Pour cela, plusieurs méthodes. Consulter les offres d’emploi potentielles, demander à des amis ou connaissances qui évoluent dans votre secteur soit en tant que responsable des ressources humaines, soit en tant que salarié. Cela vous permettra de savoir concrètement combien vous valez sur le marché du travail.
 

Source image : statista 

 

Si la différence de salaire est vraiment significative, il s’agira de vous rapprocher le plus possible des normes du marché. Bien entendu, la taille de l’entreprise sera à prendre en considération car si vous faites partie d’une TPE, vous pourrez difficilement, même à poste équivalent, prétendre au même salaire qu’une personne évoluant dans une entreprise du CAC 40.  

Sachez également que la revalorisation des salaires est en moyenne de + 2,4% par an.
Pour les cadres, il est en général recommandé de demander une augmentation de 10 à 20%. Libre à vous de réévaluer ce pourcentage en fonction du contexte.  

Pensez également qu’il est possible de négocier une augmentation en plusieurs temps : par exemple une partie effective immédiatement et une autre dans six mois. Cela peut donner l’impression que l’augmentation est moindre alors que dans six mois, vous arrivez au montant souhaité. Cela montrera également votre motivation et votre présence potentielle à long terme au sein de l’entreprise.

infographie demander une augmentation de salaire
Source image : abcargent.com 

 

Quels sont mes arguments pour négocier une augmentation ?

Pour avoir des arguments entendables par tout bon manager, vous devez mettre de côté votre subjectivité et faire la liste des projets que vous avez menés à bien de façon claire et précise. Pour cela, aidez-vous du compte rendu de votre entretien annuel car il a dû être signé par votre supérieur et tout ce qui s’y trouve ne devrait donc pas être remis en question.

L’idéal est d’avoir 3 à 5 arguments afin de ne pas perdre votre interlocuteur et de rester pragmatique. Il ne sert à rien de vous perdre dans des explications trop longues car bien souvent, votre manager n’aura d’une part pas beaucoup de temps à vous accorder et d’autre part, il devrait déjà être au courant de tout ceci.

Structurez-les de façon à ce qu’en face de chaque objectif qui vous aura été fixé, il y ait un résultat concret (chiffres, réalisation, signature de contrat…).

En revanche, attention à ne pas tout confondre. Il est normal que vous remplissiez les objectifs que l’on vous a fixé puisque c’est pour cela que l’on vous paye. Demander une augmentation pour la simple et bonne raison que vous faites correctement votre travail risque de ne pas suffire. Il va falloir démontrer que vous êtes allé au delà des objectifs fixés.

Sachez qu’une augmentation est là pour reconnaître un travail continu ou une évolution des responsabilités. Si vous avez signé un nouveau contrat à titre exceptionnel, demandez plutôt une prime, cela a plus de sens.

Voici quelques exemples d’arguments concrets :

  • Vous avez reçu des remerciements et des félicitations d’un client ou d’un partenaire pour la réalisation d’un projet  

  • Vous êtes un élément moteur dans la vie de l’équipe ou de l’entreprise et êtes capable de faire régner une bonne ambiance. Une bonne ambiance génère souvent de meilleurs résultats et l’efficacité d’une équipe est un argument qui parle à tout bon manager.

  • En plus de parvenir à atteindre vos objectifs, vous supervisez des collaborateurs plus juniors ou vous faciliter le travail d’autres personnes.

  • Vous êtes le seul à posséder une compétence qui apporte une véritable valeur ajoutée à l’entreprise.

Un dernier conseil : pendant que vous avancez vos arguments, restez optimiste et convaincu quelle que soit la réaction de votre interlocuteur.

Et si votre demande d’augmentation n’est pas acceptée ?

Vous aviez préparé tous vos arguments mais votre manager, a semble-t-il, lui aussi sa petite liste à disposition.

Tu n’as pas encore complètement fait tes preuves”
“Tu fais déjà partie de ceux qui sont les mieux payés et je ne veux pas qu’il y ait trop d’écarts de rémunération au sein de l’équipe.”
“Je ne peux accorder aucune augmentation cette année.”

 

Pour bien préparer votre demande d’augmentation, vous devrez prendre en compte tous ces arguments potentiels pour être capable d’avancer des contre arguments. Cela montrera également à votre supérieur votre professionnalisme : vous avez bien réfléchi à la situation, envisagé toutes les possibilités et bien préparé votre sujet. C’est le moment de montrer votre sens de la répartie !

Aussi, si vraiment votre manager fait front et qu’il ne veut rien lâcher sur le terrain de la négociation de salaire, sachez que d’autres leviers sont possibles comme :

  • Demander une partie variable à votre salaire, en fonction de vos résultats : si vous savez que vous dépassez facilement vos objectifs, cela peut être une bonne solution pour atteindre un salaire supérieur au vôtre. Aussi, votre manager pourra difficilement ne pas vous accorder cette prime si vous faites plus que ce qui vous ait demandé. Attention cependant à ne pas vous mettre une pression trop forte.   

  • Demander une prime exceptionnelle : si vous avez convaincu un nouveau client et qu’un nouveau budget a été signé, réclamez votre part du gâteau.

  • Demander des avantages en nature : voiture ou scooter de fonction, paiement de votre forfait de téléphone, ordinateur portable… tous ces petits avantages peuvent améliorer votre quotidien en attendant d’obtenir une augmentation.

  • Négocier des jours de télétravail : si ce n’est pas spécialement mis en place au sein de votre entreprise, c’est peut-être le moment d’en parler. En effet, votre manager n’aura rien à débourser et de votre côté,vous aurez l’impression d’avoir obtenu quelque chose ! de plus, cela peut vous faire faire des économies de temps et d’argent (moins de frais de transports, de garde d’enfants…)

Quelle que soit l’issue finale de la négociation, gardez votre calme et soyez patient. En effet, votre manager n’est pas légalement tenu de vous accorder une augmentation à chaque fois que vous le demandez. Pensez aux alternatives possibles sans tomber dans un chantage du type baisse de motivation ou recherche active d’un autre poste. Laissez un peu de temps à votre supérieur pour envisager des solutions.

Ceci dit, ne laissez pas vos échanges se perdre dans la nature et notifiez chacun de vos échanges par mail pour garder une trace écrite. Et surtout, si au bout de quelques mois vous n’avez toujours pas de retour de sa part, revenez à la charge et relancer la discussion !

Partager cet article

A la recherche d'un job dans le Marketing, la Relation Client et le Digital ?

Guide cpf
Publicité
Map jobibou

Plus de 122 600 offres d'emploi !