Comment montrer votre motivation pour un poste durant l'entretien d’embauche ?

Par Audrey le 17 septembre 2018

Recrutement Entretien d'embauche Candidatures Cv Recherche d'emploi Offre d'emploi Emploi communication Emploi digital Travailler dans le marketing
Partager cet article

Lorsqu’ils vous proposent un emploi dans la communication, le digital ou le marketing, les recruteurs accordent beaucoup d’importance aux formations et à l’expérience professionnelle indiquées sur votre CV. Mais l’entretien d’embauche n’en reste pas moins une étape décisive pour obtenir le job. C’est le moment ou jamais de prouver que vous êtes le candidat le plus motivé pour le poste ! Des bonnes réponses à donner jusqu’à la gestuelle à adopter, découvrez toutes les astuces pour démontrer clairement votre motivation.

 

"Mentionner sa motivation ne suffira pas, il faudra déclencher une émotion chez le recruteur qui fera la différence. C’est en mettant en avant votre motivation, en l’exprimant de manière sincère avec des exemples concrets que vous allez toucher à la partie émotionnelle du recruteur". Alexandre De Gennaro, recruteur et auteur du livre « Entretien d’embauche, comment faire la différence ? 15 exercices pour réussir avec succès vos entretiens » (Un monde différent, 2015).

 

Montrez votre motivation dès la prise de rendez-vous 

Lors de la prise de rendez-vous, indiquez clairement que vous êtes très motivé par le poste, avec une phrase du type « Je suis heureux que vous me contactiez parce que le poste m’intéresse beaucoup ». L’idéal serait aussi de vous montrer disponible, en acceptant le premier rendez-vous proposé par le recruteur. Mais en pratique, ce n’est pas toujours possible. Si vous avez déjà un engagement très important, expliquez-lui franchement et proposez-lui un rendez-vous dès le lendemain.  
 

Source image : Pixabay

Renseignez-vous sur l’entreprise

Avant l’entretien d’embauche, prenez le temps de vous renseigner sur la culture de l’entreprise, ses activités exactes, ses concurrents les plus sérieux etc. Vous pouvez trouver ce type d’informations sur le site de l’entreprise, dans la presse spécialisée ou encore sur les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn et Viadeo .

Cela peut sembler fastidieux mais ces recherches sont essentielles pour prouver votre motivation : en "replaçant" judicieusement les données récoltées, vous marquerez beaucoup de points durant l’entretien.

Tant que vous en êtes aux préparatifs, profitez-en pour dresser une liste de questions à poser au recruteur. Lui demander de vous décrire une journée type au poste proposé, par exemple, est une bonne façon de prouver que vous vous projetez déjà dans les fonctions.
 

Le jour J : soyez à l’heure !

Difficile de passer pour un candidat motivé si vous arrivez 20 minutes en retard… Le manque de ponctualité (surtout si vous ne vous excusez pas) constitue même une erreur fatale dans de nombreux cas. Selon l’étude The Way In, rendu publique par le réseau professionnel LinkedIn en septembre 2017, 55% des recruteurs interrogés ont déjà refusé un candidat en raison de son retard.

Dans les faits, il est plutôt recommandé d’arriver sur les lieux de l’entretien 10 à 15 minutes en avance. C’est une bonne manière de suggérer au recruteur que vous :

  • teniez tellement à arriver à l’heure que vous avez anticipé des imprévus ;

  • souhaitiez avoir un peu de temps pour découvrir les locaux de l’entreprise.

Quoi de mieux pour bien commencer votre entretien d’embauche ?
 

Les bonnes réponses à donner quand le recruteur vous demande pourquoi vous postulez

Que vous postuliez pour un job de community manager, de chef de projet digital ou encore de business analyst, il y a de fortes chances pour que le recruteur vous pose au moins une des questions suivantes :

  • pourquoi devrais-je vous choisir vous plutôt qu’un autre ?

  • pourquoi postulez-vous dans notre entreprise ?

  • quelle est votre motivation pour ce poste ?

A ce stade vous devez donner une réponse sincère, expliquant à la fois les motifs que vous poussent à postuler et les bénéfices que l’entreprise tirerait à vous engager. Selon votre situation, vous pouvez notamment :

  • indiquer que vous souhaitez retrouver un job comparable à votre dernier emploi. Par exemple « Je réponds à votre offre d’emploi parce que j’occupais un poste similaire auparavant. Grâce à mon expérience, je suis apte à régler tel ou tel type de problème et de vous apporter tel bénéfice dès mon entrée en fonction » ;

  • mettre l’accent sur votre envie de progresser, avec une réponse du type « Mon précédent poste m’a permis d’acquérir telles compétences et d’obtenir tel résultat.  Je souhaite à présent évoluer vers des fonctions supérieures dans votre entreprise pour X raisons. Je pourrais lui apporter X bénéfice etc. » ;

  • jouer la carte de l’aventure entrepreneuriale, si vous voulez intégrer une start-up du numérique par exemple. « Je souhaite participer activement à la réussite de l’entreprise pour X raisons. J’ai la conviction que mes compétences en web marketing, en social media (ou autre) seront utiles au lancement de votre nouveau produit... »

 

Source image : Pixabay
 

Mais ce ne sont là que quelques exemples de réponses possibles, à adapter selon les circonstances. Quel que soit l'angle que vous choisissez, pensez aussi à parler de la culture de l’entreprise au moment d’évoquer les raisons qui vous poussent à vouloir travailler chez elle. Cela prouve au recruteur que vous avez fait l’effort de bien vous renseigner sur l’entreprise avant de venir, que vous adhérez pleinement à ses valeurs et que vous seriez fier de travailler pour elle : de très bons points pour obtenir le job !
 

 A contrario, durant un entretien d’embauche ne répondez jamais…

… que vous postulez pour le poste parce que :

  • l’entreprise est tout près de chez vous. Cela pourrait laisser penser que vous êtes du genre à choisir la facilité ;

  • le salaire vous intéresse. Mauvaise idée : le recruteur espère mieux que des motivations pécuniaires. Il attend de vous que vous soyez intéressé par le poste en lui-même ;

  • vous voulez intégrer la meilleure entreprise du pays. Retenez que les réponses trop flatteuses sont souvent mal vues.
     

Un vocabulaire adapté à la culture de l’entreprise

Bien choisir vos mots en fonction des valeurs de l’entreprise peut être une stratégie payante. Pour vous donner un exemple concret, la DRH de Mondelēz International a révélé avoir été convaincue par l’argumentaire suivant durant un entretien d’embauche : « bien sûr, je pourrais choisir de continuer mon parcours au sein de mon entreprise mais je souhaite sortir de ma zone de confort et me challenger. En plus, rejoindre un groupe avec de telles marques serait une vraie fierté. Votre groupe me semble plus fou, plus fun ».

Les termes employés n’auraient pas fonctionné avec n’importe quelle entreprise. Mais pour Mondelēz International, qui met l’accent sur le challenge, l’innovation et la bonne humeur au travail, c’était parfait !
 

Prenez des notes

Quand vous posez des questions, notez les réponses du recruteur : c’est un signe de sérieux et de motivation. Pour des questions de politesse, demandez quand même à votre interlocuteur si vous pouvez prendre des notes - sur carnet ou sur tablette - et, au besoin, si vous pouvez utiliser un petit bout de son bureau pour vous appuyer. Nous nous permettons d’insister sur le « petit » bout : si vous envahissez son espace, cela risque de se retourner contre vous…
 

Côté gestuelle

On l’oublie parfois mais les recruteurs accordent beaucoup d’importance au langage corporel. Pour renvoyer l’image d’un candidat motivé et heureux de passer l’entretien, veillez surtout à :

  • bien vous asseoir sur votre chaise. Ne restez pas juste sur le bord : cela donne l’impression que vous vous tenez prêt à partir au plus vite ;

  • vous pencher légèrement vers votre interlocuteur. Cela révèle votre intention de l’écouter attentivement ;

  • ne jamais croiser vos bras ou garder vos poings fermés. Ce sont des signes de repli sur soi et de refus de communiquer.
     

La bonne attitude à avoir en fin d’entretien pour prouver votre motivation

A la fin de l’entretien, prenez le temps de remercier le recruteur et de lui demander plus d’informations sur les prochaines étapes du processus du recrutement. Cela démontrera une fois de plus votre motivation pour le job.

Au besoin, vous pouvez aussi relancer le recruteur 7 à 10 jours après l’entretien d’embauche, en le remerciant à nouveau et en rappelant brièvement les motifs qui vous poussent à briguer le poste.

Partager cet article
Guide cpf
Publicité
Map jobibou

Plus de 30 300 offres d'emploi !