Comment l’entreprise a-t-elle évolué au cours des deux dernières décennies ?

Par Clément le 22 octobre 2018

Digitalisation-des-metiers Tendances
Partager cet article

Le monde de l’entreprise a beaucoup évolué en vingt ans, entre révolution numérique, bonheur au travail et changement des pratiques managériales. Jobibou vous propose un petit tour d’horizon de ces nombreux changements. 

Le numérique a bouleversé l’économie mondiale

Cela fait maintenant quelques années que nous sommes entrés dans ce que nous appelons « l’ère numérique ». Big data, cloud, intelligence artificielle, réalité virtuelle, e-commerce : toutes ces technologies ont bouleversé notre quotidien, pas de façon abrupte mais petit à petit, ainsi que notre façon de travailler. Et ces mutations vont continuer, avec des machines de plus en plus autonomes grâce au deep learning, à une analyse de nos données de plus en plus poussée et des services de plus en plus personnalisés.

Ces données qui circulent sont aujourd’hui le nerf de la guerre du marketing et nombreuses sont les entreprises spécialisées dans la transformation numérique des organisations, le data driven marketing, le social retail ou dans le Big Data à avoir émergé. L’objectif de ces sociétés est d’aider d’autres entreprises à améliorer leur chiffre d’affaires et leur rentabilité en collectant et analysant les données de leurs prospects et clients afin de s’adresser à eux de la meilleure des façons possible, au meilleur moment et via le canal de communication le plus pertinent.

 

Comment l’entreprise a-t-elle évolué au cours des deux dernières décennies  ?

Le data driven marketing (source i-scoop)

Toutes ces données ont modifié en profondeur l’équilibre économique et des acteurs comme Google, Amazon ou Uber sont devenus en quelques années des géants mondiaux alors qu’avant l’essor du numérique il fallait des dizaines d’années pour obtenir ce statut. Aujourd’hui, ces entreprises tirent leur richesse de la taille de leurs réseaux d’utilisateurs et de leurs données, les mettant en position de quasi-monopole.

En deux décennies, le numérique a donc eu un impact presque aussi important que celui de la révolution industrielle. À ce titre, on parle aujourd’hui de révolution numérique. Les nouvelles technologies ont entraîné un changement des modes de vie et des attentes des consommateurs, toujours plus connectés, toujours plus pressés et toujours en quête d’innovations. Elles ont changé en profondeur le rapport du public à l’information et au temps et il exige désormais de  nouvelles expériences où dominent la disponibilité et le quasi temps réel avec à la clé l’obtention rapide d’un résultat. Des attentes nouvelles qui provoquent un déséquilibre entre les offres et les attentes du marché.

Les marques sont désormais obligées d’adapter leur mode de fonctionnement. En effet, les entreprises du siècle dernier n’ont pas été pensées pour se développer à l’ère du numérique mais pour un monde où le marché évoluait lentement avec des sociétés stables et installées depuis et pour de nombreuses années. Aujourd’hui, le marché change vite et il faut faire preuve d’agilité.

Ces facteurs ont bien évidemment des répercussions sur les employés qui doivent être à l’affut des nouvelles compétences à développer sous peine d’être rapidement dépassés dans un monde du travail qui avance vite. Il faut adapter ses compétences aux besoins du marché en ayant recours aux différents types de formations - initiales, continues ou MOOC - mais aussi regarder les nouvelles formes d’emploi qui s’éloignent du salariat traditionnel, comme l’auto-entrepreneuriat. Si les perspectives en terme de sécurité de l’emploi et de protection sociale sont plus troubles, ces types d’emploi permettent de retrouver un certain épanouissement dans son travail, de varier les activités mais aussi de développer de nouveaux savoirs et savoirs-faire.
 

Des conditions de travail en perpétuelle évolution

Bien entendu, l’émergence du freelancing ne signifie pas pour autant la fin du salariat. En revanche, il fait évoluer les habitudes de fonctionnement au sein des organisations. Ces dernières années, on a notamment observé une intensification des rythmes de travail à cause des principes de compétitivité, de productivité, de réactivité et de performances accrues. Des exigences importantes qui se répercutent sur les salariés avec des pressions de plus en plus importantes, moins de temps, moins de moyens et un ratio temps de travail / livrables qui ne cesse de se réduire. Les salariés doivent désormais être polyvalents, se former régulièrement (souvent en dehors des heures de travail) et maîtriser les tâches rapidement. La polyvalence et le multi-tasking sont donc les deux principales qualités des travailleurs d’aujourd’hui alors que les profils experts étaient davantage valorisés il y a quelques années.

Pour conserver des salariés motivés, certaines pratiques comme le travail à distance se sont démocratisées. Si les open-space restent très à la mode pour stimuler la collaboration et la créativité et que près de 20 % des salariés français y travaillent, on s’est rendu compte que le décloisonnement des espaces de travail ne permettait pas au salarié d’avoir des moments de solitude indispensables pour pouvoir bien travailler. Le travail à distance présente l’avantage de donner au salarié du temps pour travailler seul dans un environnement propice à la concentration. Cette pratique, de plus en plus répandue, est rendue possible grâce aux nouvelles technologies : outils de partage de documents (Office 365, Google Drive, Dropbox, Hubic, etc.), de communication (e-mails, Slack, Skype, HipChat, etc.) et de reporting (Toogle, TimeDoctor, etc.).

Comment l’entreprise a-t-elle évolué au cours des deux dernières décennies  ?

Employés d'une start-up à Washington DC travaillant dans un open space (source Les Inrocks)
 

La transformation des méthodes de management

La pratique du management est elle aussi bien différente aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a vingt ans. Si les entreprises adoptent toujours dans des structures pyramidales, les managers essaient d’être davantage des accompagnants et des leaders plus proches de leurs équipes. De plus, avec la quantité d’informations qui circulent, ils ne sont plus forcément au cœur des échanges même s’ils restent informés. Des plateformes collaboratives comme les CRM ou Slack facilitent la transversalité et les échanges entre équipes sans passer par un supérieur hiérarchique, qui peut toutefois suivre les échanges pour rester informé. Les collaborateurs évoluent davantage en mode projet plutôt qu’en organisation inspirée du fordisme.

 

Comment l’entreprise a-t-elle évolué au cours des deux dernières décennies  ?

Slack (source : Slack)

Dernier point et non des moindres : l’importance accordée au bonheur au travail. Certaines entreprises en ont même fait un argument de communication et de recrutement et nomment des Chief Happiness Officer ou Happiness Manager pour faire en sorte que les collaborateurs soient heureux au travail. En plus de ce nouveau poste se sont ajoutés les équipements de loisirs comme les babyfoot, les consoles de jeux ou les billards, très à la mode dans l’univers des startups et des agences de communication. Autant d’attentions qui ont pour vocation de souder les équipes de travail et de les faire évoluer dans un climat détendu pour mieux supporter les périodes de forte pression et les inciter à s’investir davantage.

Toutes ces évolutions en matière de management sont bien entendues mises en place car les entreprises sont bien plus fragiles aujourd’hui qu’elles ne l’étaient il y a vingt ans. Il est désormais très facile de lancer une entreprise et de tester une idée grâce aux prototypes et à la création de Minimum Viable Product (MVP). De nos jours, la menace concurrentielle est bien plus présente et peut provenir d’un acteur du marché, d’un nouvel entrant voire d’un fournisseur venu d’autres industries.

Partager cet article
Cpf final 2
Publicité
Map jobibou

Plus de 14 700 offres d'emploi !